En attendant Godot

Texte SAMUEL BECKETT
Mise en scène FRANÇOIS GIRARD

Distribution Benoît Brière, Pierre Lebeau, Alexis Martin, Emmanuel Schwartz, Mounia Zahzam

Durée du spectacle
2h20 incluant un entracte

Les échos

Le spectacle est en tout point remarquable. François Girard (…) réussit ce qu’il avait annoncé, à savoir faire entendre avec intelligence les mots de Beckett. – Louise Vigeant, revuejeu.org

(…) admirable quatuor d’interprètes qu’il faut à tout prix aller applaudir au TNM. – Luc Boulanger, La Presse

François Girard a fait un véritable travail d’archéologue et d’orfèvre. Une distribution cinq étoiles.  Benoît Brière et Alexis Martin en totale symbiose. Emmanuel Schwartz, sublime et totalement halluciné. – Louise Rousseau, Le Téléjournal 18 h, Ici Radio-Canada Première

Lire la suite

Au cœur de l'incertitude, l'amitié

Le cinéaste et homme de scène François Girard, qui a ébloui la planète avec sa mise en scène de Parsifal de Wagner, avait marqué le public du TNM avec Le Procès de Kafka, adapté à la scène par Serge Lamothe. Il nous revient enfin pour nous offrir sa vision de la pièce fondatrice du théâtre contemporain. Car à travers deux sans-abris, figures à la fois pathétiques et clownesques, Beckett nous propose toute l’humanité dans ce qu’elle a de résilient, de dérisoire et de tragique.

Près d’un arbre chétif au bord d’une route de campagne qui ne peut mener que nulle part, Vladimir et Estragon attendent un certain Godot qui, peut-être, leur donnera du travail. Sont-ils au bon endroit ? Est-ce bien le bon jour ? N’étaient-ils pas déjà là hier ? Et ce monsieur qui surgit avec son serviteur, il dit s’appeler Pozzo. Est-on bien sûr que cet homme qu’on attend se nomme Godot ?
Mais comme Pozzo repart et que Godot n’arrive pas, il faut bien continuer à l’attendre, tuer le temps… et ne pas s’en aller.

Benoît Brière et Alexis Martin, dont l’art peut unir le comique le plus fou au désespoir le plus noir, trouveront sur leur chemin des acteurs à leur mesure : Pierre Lebeau et Emmanuel Schwartz.

Samuel Beckett

Samuel Barclay Beckett (Foxrock, Dublin, 13 avril 1906 - Paris, 22 décembre 1989) est un écrivain, poète et dramaturge irlandais d'expression française et anglaise, prix Nobel de littérature. S'il est l'auteur de romans, tels que Molloy, Malone meurt et l'Innommable et de textes brefs en prose, son nom reste surtout associé au théâtre de l'absurde, dont sa pièce En attendant Godot (1952) est l'une des plus célèbres illustrations. Son œuvre est austère et minimaliste, ce qui est généralement interprété comme l'expression d'un profond pessimisme face à la condition humaine. Opposer ce pessimisme à l'humour omniprésent chez lui n'aurait guère de sens : il faut plutôt les voir comme étant au service l'un de l'autre, pris dans le cadre plus large d'une immense entreprise de dérision. Avec le temps, il traite ces thèmes dans un style de plus en plus lapidaire, tendant à rendre sa langue de plus en plus concise et sèche. En 1969, il reçoit le prix Nobel de littérature pour « son œuvre, qui à travers un renouvellement des formes du roman et du théâtre, prend toute son élévation dans la destitution de l'homme moderne »

François Girard

© Yves Lacombe
En attendant Godot marque son retour au TNM, plus de 10 ans après Le Procès de Kafka, adapté à la scène par Serge Lamothe. Théâtre, mais aussi cinéma, cirque et opéra : François Girard n'a cessé depuis de multiplier les projets artistiques d'envergure, toutes disciplines confondues. À l'époque du Procès, le petit gars de Saint-Félicien qui avait rêvé enfant de devenir artiste plasticien, puis musicien, avait déjà derrière lui deux films cultes: Trente-deux films brefs sur Glenn Gould et Le Violon rouge. Mais Soie, qui l'amènerait à tourner au Japon et en Italie, n'avait pas encore vu le jour. Et François Girard était loin d'imaginer qu'il dirigerait ensuite Dustin Hoffman dans un film américain. Il avait fait ses premiers pas au théâtre comme metteur en scène avec Novecento de Baricco et, quelques années auparavant, à l'opéra, avec Oedipus Rex/La Symphonie des psaumes, de Stravinsky. Mais lui restait encore à se frotter à l'univers des clowns et à apprivoiser les grandioses productions du Cirque du Soleil. Puis, à concrétiser son projet le plus ambitieux à ce jour: la mise en scène du chef-d’œuvre de Wagner. « Parsifal a été une sorte de chemin de croix, dit-il. Je pense que j'ai encore un peu de sang en-dessous des rotules... » Deux cents trente-cinq artistes à diriger, des représentations d'une durée de quatre heures quarante-cinq. « C'est une œuvre suicidaire, glisse François Girard. Dans ce genre de défi : tu grandis ou tu meurs. Alors je pense que j'ai grandi. » Parsifal l'a non seulement profondément marqué, mais transformé comme artiste, confie-t-il. « Il a fallu que j'invente de nouveaux systèmes pour passer au travers de cet opéra extrêmement olympique qui constitue une révolution musicale. Cela a changé ma façon d'entendre la musique, de la jouer, et ma façon de faire de la mise en scène. » Après Parsifal, monter Godot, qu'il a découvert à l'âge de vingt-neuf ans dans la mise en scène d'André Brassard au TNM, pourrait prendre des airs de récréation : courte pièce en deux actes, cinq personnages, décor dénudé. Pourtant, il voit une continuité entre les deux œuvres. Il fait aussi un rapprochement dans son cheminement de metteur en scène avec Le Procès. « Je ne peux pas m'empêcher de faire le lien entre le texte du Procès, qui est une sorte d'indéchiffrable, le texte de Parsifal, qui est un absolu indéchiffrable, et celui d'en En attendant Godot qui en est un autre. Ce sont des sortes de porcs-épics: on ne peut pas les prendre n'importe comment, il faut savoir les approcher, les aimer. C'est une appropriation difficile, mais fascinante. Je pense que je me découvre une prédilection pour les porcs épics, finalement. » (rire) Danielle Laurin

Serge Lamothe

Dramaturge /  Il est dramaturge, poète et romancier. Proche collaborateur de François Girard depuis une quinzaine d'années tant au théâtre qu'à l'opéra, au cirque ou au cinéma. Au THÉÂTRE, il a signé les adaptations du Procès de Franz Kafka (TNM, 2004, m.e.s. François Girard), Le Fusil de Chasse de Yasushi Inoué (Usine C et Théâtre Parco - Tokyo, 2010-2011, m.e.s. François Girard), Le Temple du Pavillon d'or de Yukio Mishima (Théâtre Parco - Tokyo, m.e.s. Amon Miyamoto). À l'OPÉRA, dramaturge de François Girard pour Les Sept Péchés capitaux et Le Vol de Lindbergh (Weil & Brecht, Opéra de Lyon, 2006), Émilie (Kaija Saariaho, Opéra de Lyon, 2010), Parsifal (Richard Wagner, Opéra de Lyon, 2012 - Metropolitan Opera, 2013). Au CIRQUE, concepteur et dramaturge pour le Cirque du Soleil: Zed (Tokyo, 2008), Zarkana (New York, 2011). Au CINÉMA, consultant de François Girard pour Soie (adapté du roman d'Alessandro Baricco, 2007) et La Leçon (scénario de Ben Ripley, 2015). Il a publié des ROMANS: La Longue Portée (L'instant même, 1998), La Tierce Personne (L'instant même, 2000), L'Ange au berceau (L'instant même, 2002), Les Baldwin (L'instant même, 2004), Tarquimpol (Alto, 2007), Métarevers (Coup de Tête, 2009), Les Enfants lumière (Alto, 2012). De la POÉSIE: Tu n'as que ce sang (Mémoire d'encrier, 2005), Les Urbanishads (Le Lézard amoureux, 2010). Des RÉCITS: Le Nid de l'aigle (J'ai Vu, 2010), Projet Perfecto (Alto, 2010). Et du THÉÂTRE: Le Procès de Kafka et Le Prince de Miguasha (Alto, 2005).

Benoît Brière

© Michel Pilon
Directeur artistique de la saison estivale du Vieux Terrebonne depuis 2007 THÉÂTRE Au Théâtre du Vieux Terrebonne : Le Combat des chefs de Marcia Kash, Douglas E. Hughes (m.e.s. René Richard Cyr) / La Puce à l’oreille de Feydeau (m.e.s. Alain Zouvi) / La Cage aux folles de Jean Poiret (m.e.s. Normand Chouinard / Oscar de Claude Magnier (m.e.s Alain Zouvi ) /Le boss est mort, texte de Yvon Deschamps (m.e.s Dominic Champagne, Théâtre de Quat’Sous) / Une partie avec l’empereur (texte et m.e.s. Stéphane Brulotte, Compagnie Jean Duceppe / de Serge Boucher (m.e.s. René Richard Cyr, Compagnie Jean Duceppe) / Bousille et les justes de Gratien Gélinas (Théâtre du Rideau Vert) / Le Bourgeois gentilhomme de Molière (m.e.s Denise Filiatrault, Festival Juste pour rire) / Nez à nez ou duel de naïfs ( texte et m.e.s. Benoit Brière et Stéphane Jacques, Théâtre de Quat’Sous) / Petit Monstre de Jasmine Dubé (m.e.s Claude Poissant, Théâtre Bouches Décousues) MISE EN SCÈNE Le Bourgeois gentilhomme de Molière (TNM) / Don Giovanni (Atelier opéra de L'UdeM) / Silence en coulisse de Michael Frayn (Théâtre du Vieux Terrebonne) CINÉMA Le sens du l’humour d’Émilie Gaudreault / Voyez comme il danse de Claude Miller / André Mathieu, le film de Luc Dionne / L’Âge des ténèbres de Denis Arcand / La Grande Séduction de Jean-François Pouliot / Un homme et son péché de Charles Binamé / Joyeux Calvaire de Denys Arcand / Louis 19 de Michel Poulette TÉLÉVISION Madame Lebrun / 30 vies de Fabienne Larouche / Musée Éden de Gilles Desjardins / Le Négociateur III de Danielle Dansereau / Juliette Pomerleau d’Yves Beauchemin  / Cher Olivier d’André Melançon / Marguerite Volant Jacques Jacob et Monique H. Messier / La P’tite Vie de Claude Meunier PUBLICITÉ Publicité Bell_ plus de 140 personnages PRIX Don Juan, Prix Gascon-Roux du meilleur rôle masculin AU TNM En attendant Godot de Samuel Beckett (m.e.s François Girard, 2016) / Don Juan de Molière (m.e.s Lorraine Pintal, 2006) / Hosanna de Michel Tremblay (m.e.s Serge Denoncourt, 2006) / L’Hôtel du libre-échange de Feydeau (m.e.s. Normand Chouinard, 2004) / Le Barbier de Séville (m.e.s. René Richard Cyr, 1999) / La Mégère apprivoisée de Shakespeare (m.e.s. Martine Beaulne, 1995) / La Locandiera de Goldoni (m.e.s. Martine Beaulne, 1993) / Le Misanthrope de Molière (m.e.s. Olivier Reichenbach, 1991)

Pierre Lebeau

© Sébastien Raymond
THÉÂTRE Paradis perdu (texte et m.e.s. Dominic Champagne, Théâtre Il va sans dire) / Matroni et moi (texte et m.e.s. Alexis Martin, Groupement forestier du théâtre) / Othello de Shakespeare (m.e.s. Denis Marleau, UBU) / Lèvres (spectacle de poésie québécoise, m.e.s. Pierre Lebeau, CNA) / La fin de Casanova de Marine Tsvetaïva (m.e.s. Denis Marleau / UBU) / Novecento de Baricco (m.e.s. François Girard, Théâtre de Quat’Sous / Des souris et des hommes de John Steinbeck (m.e.s. Pierre Collin, Théâtre Denise-Pelletier) / Maîtres anciens de Thomas Bernhardt (m.e.s. Denis Marleau, UBU) / Oreille, tigre et bruit (texte et m.e.s. Alexis Martin, Groupement forestier du théâtre) / Le Visiteur d’Eric Emmanuel Schmitt ( m.e.s. Guillermo de Andrea, Théâtre du Rideau Vert) / Merz Variétés + Woyzeck de Buchner (m.e.s. Denis Marleau, UBU) / Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès (m.e.s. Denis Marleau, Théâtre Denise Pelletier et UBU) / Les Ubs d’Alfred Jarry (m.e.s. Denis Marleau, UBU) / Oulipo Show, montage d’auteurs oulipiens ( m.e.s. Denis Marleau, UBU) CINÉMA Enragés d’Eric Hannezo / La Cité des ombres + Truffe de Kim Nguyen / Bon cop, bad cop d’Érik Canuel / Les Boys IV de Georges Mihalka / L’Incomparable Mlle C de Richard Ciupka / Nez rouge d’Érik Canuel / Père et fils de Mihcle Boujenah / Séraphin, un homme et son péché de Charles Binamé / Les Boys II et III de Louis Saïa / La Turbulence des fluides de Manon Briand / Matroni et moi de Jean-Philippe Duval / Quand je serai parti… vous vivrez encore de Michel Brault TÉLÉVISION Mensonges de Gilles Desjardins / Belle Baie IV de Renée Blanchar / Les Boys de Loui Saïa et Christian Fournier / La chambre no 13, collectif d’auteurs / Fortier de Fabienne Larouche / Un gars, une fille de Guy A. Lepage PRIX Grand prix spécial des Amériques 2009 (Festival des films du Monde) / Jutra 2003, Prix du Meilleur acteur, Séraphin- un homme et son péché / Gémeaux 2001, Prix meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien, Fortier) Au TNM Le Procès de Kafka (adaptation Serge Lamothe, m.e.s. François Girard, 2004) / L’Odyssée d’Homère (adaptation Dominic Champagne et Alexis Martin, m.e.s. Dominic Champagne) / Un tramway nommé désir de Tennessee Williams (m.e.s. René Richard Cyr, 2002) / Les oranges sont vertes de Claude Gauvreau (m.e.s. Lorraine Pintal, 1998) / Hedda Gabler d’Henrik Ibsen (m.e.s. Lorraine Pintal, 1996) / Lulu de Frank Wedekind (m.e.s. Denis Maleau, 1996)

Alexis Martin

Codirecteur artistique du nouveau théâtre expérimental (nte) depuis 1999 THÉÂTRE Le Pain et le Vin d’Alexis Martin (m.e.s. Daniel Brière, NTE) / La Trilogie, L’Histoire révélée du Canda français d’Alexis Martin (m.e.s. Daniel Brière, NTE) / La Ville de Martin Crimp (m.e.s Denis Marleau, UBU) / Sacré Cœur d’Alexis Martin et Alain Vadeboncoeur (m.e.s Alexis Martin, NTE) / Bureaux ( texte et m.e.s. Alexis Martin, NTE)  / Des souris et des hommes de John Steinbeck (m.e.s. Pierre Collin, Théâtre Denise-Pelletier) / Oreille, tigre et bruit (texte et m.e.s. Alexis Martin, Groupement forestier du théâtre / Rhinocéros d’Ionesco (m.e.s. René Richard Cyr, Théâtre Denise-Pelletier) / Maîtres anciens de Thomas Bernhard (m.e.s. Denis Marleau, UBU) / Matroni et moi (texte et m.e.s Alexis Martin, Groupement forestier du théâtre) / Le Temps d’une vie de Roland Lepage ( m.e.s. René Richard Cyr) / Les Ubs d’Alfred Jarry  (m.e.s. Denis Marleau, UBU / Durocher milliardaire (texte et m.e.s Robert Gravel, NTE) / Le Grand Cahier d’Agota Kristof (m.e.s Jacques Rossi, Théâtre de la Nouvelle Lune) CINÉMA Guibord s’en va en guerre de Philippe Falardeau / Avant que mon cœur bascule de Sébastien Rose / Babine de Luc Picard / Le Banquet de Sébastien Rose / Dans une galaxie près de chez vous de Philippe Gagnon / L’Audition de Luc Picard / St-Maryrs des damnés de Robin Aubert / Le Collectionneur de Jean Beaudin / Matroni et moi de Jean-Philippe Duval / Le Siège de l’âme d’Olivier Asselin / Le Party de Pierre Falardeau TÉLÉVISION Les Parent de Jacques Davidts / Les Beaux Malaises de Martin Matte / Apparences de Serge Boucher / Les Boys de Loui Saïa et Christian Fournier / Vice caché de François Camirand et Louis Saïa / Un gars, une fille de Guy A. Lepage / Fortier 1 et 2 de Fabienne Larouche PRIX Apparences, Meilleur premier rôle masculin, Gala des Gémeaux 2012 / L’Odyssée d’Homère, Meilleure adaptation théâtrale (coadaptation Dominic Champagne), Soirée des Masques 1999 / Un 32 août sur terre, Meilleure interprétation masculine, Gala des Jutra 1998 / En attendant Godot, Meilleur rôle de soutien, Association des critiques de théâtre 1998 AU TNM Le Procès de Kafka (adaptation Serge Lamothe, m.e.s. François Girard, 2004) / L’Asile de la pureté de Claude Gauvreau (m.e.s. Lorraine Pintal, 2004) / L’Hiver de force de Réjean Ducharme (m.e.s. Lorraine Pintal, 2002) / La Locandiera de Goldoni (m.e.s. Martine Beaulne, 1994) / En attendant Godot de Beckett (m.e.s André Brassard, 1992)

Emmanuel Schwartz

© MaudeChauvin

FORMATION Diplômé de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx (2004) THÉÂTRE Alfred d’Emmanuel Schwartz (m.e.s. Alexia Bürger, Théâtre d’Aujourd’hui) / Deux (texte et m.e.s. Mani Soleymanlou, Orange Noyée) / Caligula (Remix) d’Albert Camus (adaptation et m.e.s. Marc Beaupré, Terre des Hommes) / Ciels (texte et m.e.s. Wajdi Mouawad, Au carré de l’hypoténuse) / Littoral (texte et m.e.s. Wajdi Mouawad, Au carré de l’hypoténuse) / L’Énéide d’après Virgile (texte et m.e.s. Olivier Kemeid, Trois Tristes Tigres) / Forêts (texte et m.e.s. Wajdi Mouawad, Abé carré cé carré) / Le Peintre des madonnes… ou la naissance d’un tableau de Michel Marc Boucher (m.e.s. Serge Denoncourt, Espace GO) ÉCRITURE DRAMATIQUE Alfred (m.e.s. Alexia Bürger, Théâtre d’Aujourd’hui) / Nathan (m.e.s. Emmanuel Schwartz, Centre National des Arts et FTA) / Chroniques (m.e.s. Emmanuel Schwartz, Théâtre La Chapelle) DANSE La Pornographie des âmes de Dave Saint-Pierre (Prod. Dave Saint-Pierre) / Le No Man’s Land Show de Dave Saint-Pierre (Espace Tangente) CINÉMA Laurence anyways de Xavier Dolan / L’Affaire Dumont de Podz / Laurentie de Mathieu Denis et Simon Lavoie / Next Floor de Denis Villeneuve TÉLÉVISION Rumeurs d’Isabelle Langlois / Kif Kif de Luc Déry et Yves Lapierre

Mounia Zahzam

© Antoine La Rochelle
FORMATION Diplômée en Interprétation de l'École Nationale de Théâtre du Canada, promotion 2015 THÉÂTRE Fifi Brindacier (M.e.s. Annie Ranger, Théâtre La Roulotte) / Karaoke (texte et m.e.s. de Charlotte Aubin et Élizabeth Marcoux-Bélair, Festival Zone Homa) / Ogre de Larry Tremblay (m.e.s. Éric Jean, Place des Arts) CINÉMA What can't I say (court-métrage) de Matt Joyce

Serge Lamothe

© Katia Gosselin
Dramaturge /  Il est dramaturge, poète et romancier. Proche collaborateur de François Girard depuis une quinzaine d'années tant au théâtre qu'à l'opéra, au cirque ou au cinéma. Au THÉÂTRE, il a signé les adaptations du Procès de Franz Kafka (TNM, 2004, m.e.s. François Girard), Le Fusil de Chasse de Yasushi Inoué (Usine C et Théâtre Parco - Tokyo, 2010-2011, m.e.s. François Girard), Le Temple du Pavillon d'or de Yukio Mishima (Théâtre Parco - Tokyo, m.e.s. Amon Miyamoto). À l'OPÉRA, dramaturge de François Girard pour Les Sept Péchés capitaux et Le Vol de Lindbergh (Weil & Brecht, Opéra de Lyon, 2006), Émilie (Kaija Saariaho, Opéra de Lyon, 2010), Parsifal (Richard Wagner, Opéra de Lyon, 2012 - Metropolitan Opera, 2013). Au CIRQUE, concepteur et dramaturge pour le Cirque du Soleil: Zed (Tokyo, 2008), Zarkana (New York, 2011). Au CINÉMA, consultant de François Girard pour Soie (adapté du roman d'Alessandro Baricco, 2007) et La Leçon (scénario de Ben Ripley, 2015). Il a publié des ROMANS: La Longue Portée (L'instant même, 1998), La Tierce Personne (L'instant même, 2000), L'Ange au berceau (L'instant même, 2002), Les Baldwin (L'instant même, 2004), Tarquimpol (Alto, 2007), Métarevers (Coup de Tête, 2009), Les Enfants lumière (Alto, 2012). De la POÉSIE: Tu n'as que ce sang (Mémoire d'encrier, 2005), Les Urbanishads (Le Lézard amoureux, 2010). Des RÉCITS: Le Nid de l'aigle (J'ai Vu, 2010), Projet Perfecto (Alto, 2010). Et du THÉÂTRE: Le Procès de Kafka et Le Prince de Miguasha (Alto, 2005).

François Séguin

Scénographe / Repères biographiques à venir, sous peu...

Renée April

Conception des costumes / Repères biographiques à venir, sous peu...

David Finn

Conception des éclairages / Repères biographiques à venir, sous peu...

Jesse Peter Ash

Conception sonore / repères biographiques à venir...

Cédric Lord

Conception des accessoires

Florence Cornet

Maquillages / Repères biographiques à venir

Elaine Normandeau

Assistance à la mise en scène et régie / Elaine travaille comme assistant metteur en scène et régisseure en théâtre français et anglais ainsi qu’en opéra. Quelques productions marquantes : Le Procès et Siegfried de Wagner mis en scène par François Girard, Intérieur et Au cœur de la rose mis en scène par Denis Marleau, Variations énigmatiques, Un fil à la patte et Equus mis en scène par Daniel Roussel, Une Musique inquiétante/Old Wicked Songs mis en scène par Martin Faucher, Waiting for the Barbarians et Amadeus mis en scène par Alexandre Marine et Top Girls mis en scène par Micheline Chevrier. Au TNM, Elaine a également participé à Danser à Lughnasa (en coproduction avec le Théâtre les gens d’en bas) et Christine la reine garçon. Plus tard cette saison, on retrouvera Elaine en tournée avec Belles Sœurs the Musical mis en scène par René Richard Cyr. Dans ses temps libres elle travaille aussi comme traductrice.

C’est à voir… ça vaut le détour. Benoît Brière, Alexis Martin, extraordinaires. - Katherine Verebely, Gravel le matin, Ici Radio-Canada Première

Scénographie magnifique... Distribution solide… Emmanuel Schwartz a une présence qui transcende… - Émilie Perreault, Puisqu’il faut se lever, 98,5FM

Le coup de maître de Girard (...) À la faveur d’une mise en scène remarquable et d’une distribution épatante, François Girard est parvenu à répondre avec brio aux attentes qui reposaient sur ses épaules (…) Le metteur en scène impressionne dans sa maîtrise de l’œuvre (…) révélant la pertinence du texte original, tout en donnant les clés nécessaires à la compréhension du sens et de l’essence même de celui-ci. - Benjamin Le Bonniec, labibleurbaine.com

Le spectacle est en tout point remarquable. (…) décor-métaphore absolument génial de François Séguin(...) François Girard (…) réussit ce qu’il avait annoncé, à savoir faire entendre avec intelligence les mots de Beckett. - Louise Vigeant, revuejeu.org

…Lucky interprété brillamment par Emmanuel Schwartz. François Girard (…) fait montre d’une maîtrise d’horloger dans sa mise en scène (…) accomplit ici une œuvre de maturité avec ce qui restera «son Godot» dans l’histoire du TNM. - Gilles G. Lamontagne, sorstu.ca

…éclairé par la brillante lumière de David Finn. Magnifiques décor et éclairages qui campent l’action et le temps de la pièce, tout en distillant le sens de l’œuvre. Emmanuel Schwartz, stupéfiant ! (…) admirable quatuor d’interprètes qu’il faut à tout prix aller applaudir au TNM. - Luc Boulanger, La Presse

François Girard a fait un véritable travail d'archéologue et d'orfèvre.  Tragique, poétique et burlesque, ce classique (…) est toujours d’actualité. Une distribution cinq étoiles. Benoît Brière et Alexis Martin en totale symbiose.  Emmanuel Schwartz, sublime et totalement halluciné. - Louise Rousseau, Le Téléjournal 18 h, Ici Radio-Canada Première