La Détresse et l’Enchantement

Texte GABRIELLE ROY
Montage dramaturgique Marie-Thérèse Fortin et Olivier Kemeid
Mise en scène OLIVIER KEMEID

Coproduction Théâtre du Nouveau Monde, Théâtre du Trident et Trois Tristes Tigres

Distribution Marie-Thérèse Fortin

Durée du spectacle
à venir...

Présentée par

Une femme, une vie, une oeuvre

Parue en 1984, un an après la mort de son auteure, l’autobiographie de la romancière Gabrielle Roy n’a cessé depuis de toucher des dizaines de milliers de lecteurs. La vie y palpite avec un irrésistible accent de vérité, entre les éblouissements et la noirceur, entre la plénitude des joies et l’angoisse du vide, entre les incertitudes paralysantes et ces révélations qui changent une destinée entière. Pour déployer pleinement cette parole d’une exceptionnelle humanité, Marie-Thérèse Fortin et l’auteur-metteur en scène Olivier Kemeid ont réalisé un montage théâtral de ces mémoires dont le je, si proche et si émouvant, permet à une comédienne, seule en scène, de recréer toute une vie.

La naissance d’une romancière, voilà ce vers quoi tend tout entier ce récit où l’auteure crée sous nos yeux son propre personnage. Elle raconte son enfance au Manitoba au sein de la petite communauté canadienne-française de Saint-Boniface, son travail d’enseignante dans des villages perdus, sa passion du théâtre qui la pousse à aller en Europe où elle réalise obscurément que sa vocation n’est pas d’être comédienne mais autre chose. Et c’est dans un Montréal gris, englué dans un hiver glauque, alors que la guerre s’apprête à éclater, qu’ellese pose seule, fragile. Pour écrire.

* * *
Équipe de création Virginie Leclerc, Caroline Ross, Lionel Arnould, Estelle Clareton | Assistance à la mise en scène Catherine La Frenière
Coproduction Théâtre du Nouveau Monde, Théâtre du Trident et Trois Tristes Tigres

Gabrielle Roy

Née le 22 mars 1909 à Saint-Boniface au Manitoba, Gabrielle Roy est la plus jeune d’une famille de huit enfants. De 1929 à 1937, elle enseigne au primaire dans des villages du Manitoba puis à l’Académie Provencher, une école de garçons de Saint-Boniface. Parallèlement, elle fait du théâtre avec la troupe du Cercle Molière et celle du Winnipeg Little Theatre, avant de partir pour l’Europe en 1937, où elle compte étudier l’art dramatique. C’est au cours de ce premier séjour en France et en Angleterre qu’elle découvre sa vraie vocation : écrire. Rentrée au Canada en 1939, elle s’installe à Montréal et gagne sa vie comme journaliste à la pige tout en rédigeant son premier roman. Paru à Montréal en 1945, Bonheur d’occasion remporte un immense succès local et international : traduit en anglais sous le titre The Tin Flute, le roman est choisi « book of the month » par la Literary Guild of America et les droits d’adaptation cinématographique en sont acquis par Hollywood ; publié en France par les Éditions Flammarion, il obtient le prestigieux prix Femina en 1947. Cette même année, le livre reçoit le Prix du Gouverneur général, et Gabrielle Roy est reçue à la Société royale du Canada.

En 1950 paraît La Petite Poule d’eau. Deux ans plus tard, Gabrielle Roy et son mari, Marcel Carbotte, s’installent à Québec. Alexandre Chenevert est publié en 1954, puis Rue Deschambault en 1955, dont la traduction anglaise, Street of Riches, obtiendra le Prix du Gouverneur général. En 1957, Gabrielle Roy fait l’acquisition d’une résidence secondaire à Petite-Rivière-Saint-François, dans le comté de Charlevoix ; c’est là qu’elle passera désormais tous ses étés et écrira la plupart de ses romans.

Après La Montagne secrète (1960), Gabrielle Roy signera La Route d’Altamont (1966), La Rivière sans repos (1970), Cet été qui chantait (1972), Un jardin au bout du monde (1975), Ces enfants de ma vie (1977), Fragiles lumières de la terre (1978), De quoi t’ennuies-tu Éveline ? (1982) et La Détresse et l’Enchantement, sa grande autobiographie publiée à titre posthume en 1984. Reconnue comme l’une des figures les plus importantes de la littérature québécoise et canadienne du XXe siècle, admirée par une multitude de lecteurs du monde entier, Gabrielle Roy a porté au plus haut l’art du roman et le sens de la communication littéraire. La beauté et la signification de son œuvre continuent d’inspirer aussi bien les spécialistes que le grand public lecteur, au Québec, au Canada et partout où la littérature reste une façon privilégiée d’interroger et de comprendre cet inextricable mélange de « détresse » et d’« enchantement » qu’est l’existence humaine. Source : Éditions du Boréal

Olivier Kemeid

© David Ospina

Directeur artistique du Théâtre de Quat’Sous (automne 2016 à ce jour) / Directeur artistique de Théâtre Espace Libre (2006 à 2010) / Adjoint artistique de Marie-Thérèse Fortin au Théâtre du Trident à Québec (2002) / Fondateur et directeur artistique des Trois Tristes Tigres depuis 2004 / Membre du comité de rédaction de la revue Liberté (2005 à 2013) THÉÂTRE / texte et mise en scène Les Manchots (Quat’Sous, Trois Tristes Tigres) / Moi, dans les ruines rouges du siècle (Théâtre d’Aujourd’hui) / Furieux et désespérés (Théâtre d’Aujourd’hui) / L’Énéide inspiré de l’épopée de Virgile (Espace Libre, tournée québécoise) / THÉÂTRE / texte Five Kings : l’histoire de notre chute, d’après Shakespeare (m.e.s. Frédéric Dubois, Espace GO) / Survivre à partir d’improvisations (m.e.s. Éric Jean, Quat’Sous) / Œdipe Roi d’après Sophocle (Théâtre Royal du Parc à Bruxelles) / Bacchanale (m.e.s. Frédéric Dubois, Théâtre d’Aujourd’hui) / Les Mains (m.e.s. Éric Jean, Quat’Sous) / Tout ce qui est debout se couchera d’Olivier Kemeid et Patrick Drolet (collaboration Alexis Martin, Espace Libre) AU TNM Icare (m.e.s. Michel Lemieux et Victor Pilon) PRIX ET DISTINCTIONS Finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général pour Five Kings (2016) et L'Énéide (2008) / Prix de l’Association des critiques de théâtre du Québec (2012) et Finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général pour Moi, dans les ruines rouges du siècle (2014)

Marie-Thérèse Fortin

© Julie Perreault

Directrice artistique du Théâtre du Trident de 1997 à 2003 et du Théâtre d'Aujourdhui de 2004 à 2012 THÉÂTRE JEU Extramoyen d’Alexis Martin et Pierre Lefebvre (m.e.s. Daniel Brière, Espace Libre) / L’Homme Atlantique (et la maladie de la mort) de Marguerite Duras (m.e.s. Christian Lapointe, Théâtre Péril) / Belles-sœurs de Michel Tremblay (m.e.s. René Richard Cyr, Théâtre d’Aujourd’hui) / Furieux et désespérés (texte et m.e.s. Olivier Kemeid, Théâtre d’Aujourd’hui et Trois Tristes Tigres) / Inventaires de Philippe Minyana (m.e.s. M.-J. Bastien, S. Cantin et M.-T. Fortin, Théâtre Les Trois Sœurs / Espace GO) / Au Théâtre du Trident : L’Officier de la garde de Ferenc Molnár (m.e.s. Marie Gignac) Les Troyennes d’Euripide (m.e.s. Wajdi Mouawad) / Méphisto d’Ariane Mnouchkine (m.e.s. Serge Denoncourt) / Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare (m.e.s. Robert Lepage) / Les Bonnes de Jean Genet (m.e.s. René Richard Cyr) / La Maison de Bernarda Alba de Federico García Lorca (m.e.s. Michel Nadeau) / Andromaque de Racine (m.e.s. Françoise Faucher) / Duo pour voix obstinées de Maryse Pelletier (m.e.s. Denis Bernard) MISE EN SCÈNE La Liste de mes envies de Grégoire Delacourt (Juste pour Rire) / La Liste de Jennifer Tremblay (Théâtre d’Aujourd’hui) / Des yeux de verre de Michel Marc Bouchard (Théâtre d’Aujourd’hui) / L’Aigle à deux têtes de Jean Cocteau (Théâtre Denise-Pelletier) TÉLÉVISION Mémoires vives de Chantal Cadieux et Patrick Lowe / Boomerang, collectif d’auteurs / La Promesse VII de Danielle Trottier / Les Hauts et les bas de Sophie Paquin, Un monde à part et Le Monde de Charlotte de Richard Blaimert / Casino de Réjean Tremblay / 4 et demi de Sylvie Lussier et Pierre Poirier CINÉMA Le Fils de Jean de Philippe Lioret / Le Journal d’un vieil homme de Bernard Émond / Inch'Allah d'Anaïs Barbeau-Lavalette / Le Poil de la bête de Philippe Gagnon / Les Grandes Chaleurs de Sophie Lorain / Sans elle de Jean Beaudin CHANSON Marie-Thérèse Fortin chante Barbara PRIX Meilleur rôle de soutien féminin comédie Boomerang (2016) / Gémeaux, meilleur premier rôle féminin : Mémoires Vives (2013 -2014) / Prix Gascon Roux, Meilleure interprétation rôle féminin Élisabeth, roi d’Angleterre / Gémeaux, meilleure interprétation féminine, pour Un monde à part et Le Monde de Charlotte (2001-2002) / Femme de mérite 2002, catégorie Arts et culture, décerné par le YWCA de Québec / Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres remis par le gouvernement de la République Française / Prix Paul Hébert pour Duo pour voix obstinées / Pris Nicky-Roy, jeune espoir à Québec Calamity Jane (1986) AU TNM Elizabeth, roi d'Angleterre de Timothy Findley (m.e.s. René Richard Cyr) / Le Balcon de Jean Genet (m.e.s. René Richard Cyr)

Lionel Arnould

@Lionel Arnould

Conception vidéo / Lionel Arnould complète ses études en à l’École des Beaux-Arts à Épinal, en France puis s’intéresse à l’infographie en 1991. Après s’être installé au Canada en 1995, il explore les possibilités du multimédia en collaborant à plusieurs productions d’Ex Machina, dont 1984, La Trilogie des dragons, et The Busker’s Opera. Il s’est depuis spécialisé en conception de projections vidéo et a participé à plusieurs projets indépendants, comme Constantinople du Gryphon Trio, et Radiant de John Oswald ainsi que plusieurs productions du Théâtre Péril et du Théâtre Blanc et des installations pour le Musée de la civilisation de Québec.

Virginie Leclerc

Costumes /

Véronique Bertrand

Décor / repères biographiques à venir...

Catherine La Frenière

@Jean-François Brière
Assistance à la mise en scène et régie / FORMATION École Nationale de Théâtre du Canada, 2000   Catherine La Frenière est présentement Directrice du programme de production à L’École Nationale de Théâtre du Canada depuis 2016. Elle a occupé les postes de Directrice de production et/ou de tournée, d’assistante metteur en scène et/ou de régisseuse sur plusieurs productions. THÉÂTRE  Révolution à Laval de Guillaume Lagarde (m.e.s. Sébastien Dodge, Espace Go) / Les Champs Pétrolifères de Guillaume Lagarde (m.e.s. Patrice Dubois, Espace Go) / Dissidents de Philippe Ducros (m.e.s. Patrice Dubois, Espace Go) / The Dragonfly of Chicoutimi de Larry Tremblay (m.e.s. Claude Poissant, FTA et en tournée) / La Robe de mariée de Gisèle Schmidt de Julie Vincent (m.e.s. Julie Vincent, Espace Go)  AVEC CLAUDE POISSANT à l’Espace Go Bienveillance de Fanny Britt / Cinq visages pour Camille Brunelle de Guillaume Corbeil / Rouge Gueule d’Étienne Lepage / Abraham Lincoln va au théâtre de Larry Tremblay / Je voudrais me déposer la tête de Jonathan Harnois / Le Traitement de Martin Crimp / Louisiane Nord de François Godin  PRIX en 2000, Prix du Lieutenant gouverneur – remis à l’étudiant s’étant le plus démarqué durant sa scolarité, tous programmes confondus

Etienne Boucher

© Luc Doyon

Éclairages / Diplômé en 1999 de l’École nationale de théâtre du Canada, section Production, Étienne Boucher conçoit des éclairages pour le théâtre, la danse, le cirque et l’opéra. Artiste très en demande, Etienne Boucher collabore avec de nombreux metteurs en scène parmi lesquels se trouvent René Richard Cyr, Dominic Champagne, Serge Denoncourt, Brigitte Haentjens, Martin Faucher ainsi que Robert Lepage. Parmi ses dernières collaborations, nommons les spectacles La Ville de Martin Crimp mis en scène de Stéphanie Jasmin et Denis Marleau (Espace GO), Yukonstyle de Sarah Berthiaume mis en scène par Martin Faucher (théâtre d'Aujourd'hui) et Der Ring des Nibelungen, la tétralogie de Richard Wagner montée par Robert Lepage (Metropolitan Opera). Le travail d’Étienne Boucher lui vaut plusieurs prix et nominations, dont le Masque de la meilleure conception des éclairages de la saison 2006-2007 pour les spectacles La Dame aux camélias de René de Ceccaty, dans une mise en scène de Robert Bellefeuille (TNM) et Du Vent entre les dents d’Emmanuelle Jimenez, dans une mise en scène de Martin Faucher (théâtre d’Aujourd’hui) et LDI2011 Redden Awards for Excellence in Lighting Design (Orlando) pour Totem (Cirque du Soleil) et Der Ring des Nibelungen (Metropolitan Opera). / AU TNM Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (m.e.s. Serge Denoncourt) / Le Chant de Sainte Carmen de la Main de Tremblay/Cyr/Bélanger (m.e.s. René Richard Cyr, Production Spectra Musique) / Elizabeth, roi d'Angleterre de Timothy Findley (m.e.s. René Richard Cyr) / La Dame aux camélias de René de Ceccatty d’après Alexandre Dumas fils (m.e.s. Robert Bellefeuille)

Stéphane Caron

Musique / reprères biographiques à venir...

Estelle Clareton

© Stéphane Najman

CHORÉGRAPHE AVEC CRÉATIONS ESTELLE CLARETON S'Amouracher, furies, iota 9/24 (Agora de la Danse) / S'Envoler, furies, epsilon 5/24 (Agora de la Danse) / Trois territoires quotidiens ( Agora de la Danse, Le fil d'Adrien danse) / Juliette (Montréal, France, Angleterre) / Le secret (co-création avec Tom Walsh, Montréal, St-Johns) CHORÉGRAPHE INVITÉE Étude sur l'amour/Printemps (TDT Four at the Winch, Québec) / Oiseaux de malheur (Corpuscule Danse, Montréal) / En plein corps (École Nationale de Cirque, La Tohu) / La Disparition (École Nationale de Cirque, La Tohu) CONSEILLÈRE AU MOUVEMENT Moi dans les ruines rouges du siècle d'Olivier Kemeid (m.e.s Olivier Kemeid, Théâtre d'Aujourd'hui) / Ronfard nu devant son miroir d'Evelyne de la Chenelière et Daniel Brière (m.e.s. Evelyne de la Chenelière et Daniel Brière, NTE) INTERPRÈTE Les hauts et les bas de Sophie Paquin de Richard Lahaie et François Bouvier FORMATION Conservatoire National de Danse d'Avignon, France. AU TNM L'Asile de la pureté de Claude Gauvreau (m.e.s. Lorraine Pintal)

Florence Cornet

Maquillages / Repères biographiques à venir