L’Importance d’être Constant

texte OSCAR WILDE
traduction NORMAND CHAURETTE
mise en scène YVES DESGAGNÉS

Distribution Anne-Élisabeth Bossé, Raymond Bouchard, Patrice Coquereau, Maxime Denommée, Vincent Fafard, Richard Lalancette, Virginie Ranger-Beauregard, Julie Vincent

Durée du spectacle
1 h 45 sans entracte

Une présentation de

Les échos

LES ÉCHOS

« Explosif ! Des bulles de champagne… Raymond Bouchard savoureux… scénographie réussie ! Un franc succès pour le TNM ! »
–      Catherine Pogonat, Dessine-moi un dimanche, ICI Première, R-C

« Drôle et grinçant… Anne-Élisabeth Bossé absolument merveilleuse ! »
–      Christiane Charette, La soirée est encore jeune, ICI Première, R-C

«…une savoureuse comédie satirique. Judicieusement traduite par Normand Chaurette et brillamment dirigé par Yves Desgagnés (…) Impeccable distribution. Raymond Bouchard triomphe ! »
–      Francine Grimaldi, Samedi et rien d’autre, ICI Première

« Raymond Bouchard est hallucinant (…) c’est très drôle, humour absurde mordant et intelligent (…) délicieux, incontournable ! »
–      Thérèse Parisien, Montréal Maintenant, 98,5 FM

« Cette pièce est du bonbon  (…) .Saluons le talent du metteur en scène Yves Desgagnés (…)»
–      Louise Bourbonnais, Le Journal de Montréal

« L’Importance de s’amuser. Deux belles heures de rire qui vous attendent au TNM (…).»
–      Jessica Émond-Ferrat, Métro

«…Pour ceux qui apprécient les mots d’esprits…Yves Desgagnés offre une jolie façon de dissiper la grisaille de novembre ! »
–      Myriam Fehmiu, Le 15-18, ICI Première, R-C

« …le texte d’Oscar Wilde mérite à lui seul une salve d’applaudissements (…) une production inventive et furieusement drôle, dans laquelle les acteurs prennent un plaisir fou à déployer leur grand talent. »
–      Samuel Larochelle, Le Huffington Post Québec

« Anne-Élizabeth Bossé est géniale!…Raymond Bouchard en Lady Bracknell est délicieuse ! Un texte vif et mordant sur les apparences et la double-vie, thème très actuel, isn’t it ? Si l’humour et le franc parler d’Oscar Wilde est votre tasse de thé, courez voir cette pièce…»
–      Marie-Christine Trottier, La Mélodie de Bonne Heure, ICI Musique, R-C

Lire la suite

Petit traité du mensonge et de la séduction

Observateur impitoyable de son temps, Oscar Wilde a choisi l’art de la comédie où, avec l’élégance d’un assassin mondain, il fait s’entrechoquer avec brillance ce dont rêvent les jeunes filles, ce qui démange les jeunes hommes et ce qu’interdisent les mamans. Bien sûr que ça se complique toujours car « un peu de sincérité est dangereux, beaucoup de sincérité est fatal », comme l’écrivait le plus délicieux des satiristes britanniques. Bref, comment prendre son plaisir dans cette société victorienne où les bonnes manières sont si contraignantes ? Élever l’hypocrisie au rang des beaux-arts ? Et, pour demeurer sain d’esprit, mener une double vie ? Algernon est un jeune homme très bien. Son ami John aussi, en dépit de sa propension à se faire appeler Constant. John aime Gwendoline, la cousine d’Algernon, même si dans son porte-cigarette est gravé un mot d’amour d’une certaine Cecily. Mais voici qu’Algernon, décidant lui aussi de se faire passer pour Constant, entreprend d’aller faire la connaissance de ladite Cecily. Évidemment, la catastrophe est imminente, surtout que s’en mêle la redoutable Lady Bracknell, impérieuse gardienne des règles de la bonne société. Pour rendre les feux d’artifice langagiers de cette étincelante fan­taisie victorienne, Yves Desgagnés, toujours merveilleusement précis et imaginatif dans ses mises en scène, a commandé une nouvelle traduction de Normand Chaurette dont l’écriture suavement ironique saura rendre la subtilité de l’humour de Wilde. Sur scène, que du bonbon : d’éminents jeunes acteurs se glisseront dans l’oisiveté de cette jeunesse dorée sous le regard amusé d’un grand comédien qui se fait trop rare sur nos scènes, Raymond Bouchard — qui jouera Lady Bracknell !

Clip_13

Oscar Wilde

Oscar Wilde, de son nom complet Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde, est un écrivain irlandais, né à Dublin en Irlande le au 21 Westland Row (en), et mort à Paris le à l'âge de 46 ans. Né dans la bourgeoisie irlandaise et protestante de Dublin, d’un père oculiste renommé et d’une mère poétesse, Oscar Wilde se distingue par un parcours scolaire brillant. Nourri de culture classique, couronné de prix au sein du Trinity Collegede Dublin, il intègre le Magdalene College de l'université d’Oxford, où il se construit un personnage d’esthète et de dandy, sous l’influence des préraphaélites et des théories deL'art pour l’art (en) de Walter Pater, John Ruskin ou Whistler. À l’issue de ses études, Wilde s’installe à Londres, où il parvient à pénétrer la bonne société et les cercles cultivés, s’illustrant dans plusieurs genres littéraires. S’il publie, conformément aux exigences de l’esthétisme le plus pur, un volume de poésie, il ne néglige pas des activités moins considérées des cercles littéraires, mais plus lucratives : il se fait le porte-parole de la nouvelle « Renaissance anglaise dans les arts » dans une série de conférences aux États-Uniset au Canada, puis exerce une prolifique activité de journaliste. Au tournant des années 1890, il précise sa théorie esthétique dans une série de dialogues et d’essais, et explore dans son roman Le Portrait de Dorian Gray (1890) les liens entretenus par la beauté, la décadence et la duplicité. Sa première pièce, Salomé (1891), rédigée en français à Paris l’année suivante, ne peut être jouée en Angleterre, faute d’avoir obtenu la licence d’autorisation, au motif qu’elle met en scène des personnages bibliques. Confronté une première fois aux rigueurs de la morale victorienne, Wilde enchaîne cependant avec quatre comédies de mœurs, qui font de lui l’un des dramaturges les plus en vue de Londres. Indissociables de son talent littéraire, sa personnalité hors du commun, le mordant de son esprit, le brillant de sa conversation et de ses costumes assuraient sa renommée. Au faîte de sa gloire, alors que sa pièce maîtresseL'Importance d'être Constant (1895) triomphe à Londres, Oscar Wilde poursuit le père de son amant Alfred Bruce Douglas pour diffamation, après que celui-ci a entrepris de faire scandale de son homosexualité. Après une série de trois procès retentissants, Wilde est condamné pour « grave immoralité » à deux ans de travaux forcés. Ruiné par ses différents procès, condamné à la banqueroute, il écrit en prison De Profundis, une longue lettre adressée à son amant dont la noirceur forme un contraste saisissant avec sa première philosophie du plaisir. Dès sa libération en mai 1897, il quitte définitivement la Grande-Bretagne pour la France. C’est dans ce pays d’accueil qu’il met un point final à son œuvre avec La Ballade de la geôle de Reading (en) (1898), un long poème commémorant l’expérience éprouvante de la vie en prison. Il meurt à Paris en 1900, dans le dénuement à l'âge de quarante-six ans.

Yves Desgagnés

À la fois metteur en scène et comédien, mais aussi auteur et cinéaste, Yves Desgagnés oeuvre depuis trente ans dans le milieu artistique avec une polyvalence qui n’a d’égale que son amour pour certains auteurs qu’il n’a de cesse de revisiter. Autant d’années, autant de rôles et de mises en scène. Et c’est sans compter, dans une vie de théâtre parallèle, ses années d’enseignement à l’École nationale de théâtre à titre de directeur adjoint de la section française, de titulaire responsable de la section d’écriture dramatique, de directeur d’acteur et de metteur en scène invité. Si Yves Desgagnés a mis en scène des productions à succès comme Pop Corn de Ben Elton et Des roches dans ses poches de Mary Jones, des auteurs comme Arthur Miller, Bernard Shaw, Marcel Dubé, une comédie musicale Shérazade (2009), deux films dont Roméo et Juliette (2006), il s’est aussi démarqué par sa passion pour l’univers de Tchekhov. À la Compagnie Jean Duceppe, il a mis en scène quatre pièces de l’auteur russe : Ivanov, Les Trois Soeurs, Oncle Vania, et La Cerisaie. De Tchekhov, il montera encore La Mouette au TNM, en 2007. Pour mémoire, à 23 ans, alors qu’il est tout jeune diplômé de l’École nationale de théâtre en interprétation, il signe, à l’invitation d’Olivier Reichenbach, sa première mise en scène au TNM : la création d'un texte de Michelle Allen, La Passion de Juliette. Familier de notre scène, Yves Desgagnés a enchanté le public, au début des années 2000, avec trois comédies de Shakespeare : Le Songe d’une nuit d’été, Les Joyeuses Commères de Windsor et La Nuit des rois après avoir monté Les Bas-fonds de Gorki (1994) et Play Strindberg de Dürrenmatt (1988). Cet artiste audacieux et passionné, qui en 2008 nous livrait une étonnante mise en scène du Retour d’Harold Pinter, aborde enfin le répertoire de Molière pour encore mieux nous surprendre.

Normand Chaurette

MYSTÈRE ET LUDISME

Dès sa première pièce, le texte radiophonique Rêve d’une nuit d’hôpital, Normand Chaurette se distingue : l’auteur remporte le premier prix du IVe Concours d’œuvres dramatiques de Radio-Canada et le Prix Paul Gilson, décerné en Suisse en 1976. Mais il faudra attendre quelques années pour que son théâtre trouve véritablement sa place sur scène : l’incandescent Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans (1982), La Société de Métis (1986), l’énigmatique Fragments d’une lettre d’adieu lus par des géologues (1988)... Une oeuvre pareille à nulle autre dans la dramaturgie québécoise, se démarquant par son ludisme, son mystère, par la rigueur de sa construction et de sa langue.

Portant cet univers sur scène dès 1982 avec Fêtes d’automne, le Théâtre du Nouveau Monde aura aussi produit Stabat Mater II (1999), et présenté Le Passage de l’Indiana (1996). Avec cette pièce, créée lors de la cinquantième édition du prestigieux Festival d’Avignon, Normand Chaurette effectue non seulement une entrée remarquée sur la scène française, mais il amorce une collaboration artistique fructueuse avec Denis Marleau. Le metteur en scène sera ensuite aux commandes du Petit Köchel (2000), aussi créé à Avignon, de Ce qui meurt en dernier (2008) et de la reprise des Reines (2005) : une oeuvre qui deviendra la première pièce québécoise présentée à la Comédie-Française en 1997, sous la direction de Joël Jouanneau.

Ce lauréat de deux prix du Gouverneur général a aussi touché au roman (Scènes d’enfants, 1989) et au scénario de film (Roméo et Juliette, 2005). Alors que son oeuvre personnelle peut être lue en anglais, en italien, en catalan, en espagnol et en allemand, Normand Chaurette a lui-même acquis une solide réputation de traducteur. Il a notamment signé une douzaine de traductions de Shakespeare, louées pour leur modernité. C’est à lui qu’on doit les versions françaises de La Nuit des rois, La Tempête, Les Joyeuses Commères de Windsor, Le Songe d’une nuit d’été, Roméo et Juliette, Le Roi Lear, tous montés au TNM. Récemment, il a aussi traduit Othello pour la compagnie UBU.

Anne-Élisabeth Bossé

© Julie Artacho

FORMATION Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (2007) THÉÂTRE Villa dolorosa de Rebekka Kricheldorf (m.e.s. Martin Faucher, Espace GO) / L’Obsession de la beauté de Neil LaBute (m.e.s. Frédéric Blanchette, Théâtre La Licorne) / Ines Pérée et Inat Tendu de Réjean Ducharme (m.e.s. Frédéric Dubois, Théâtre d’Aujourd’hui) / Toc, Toc de Laurent Baffie (m.e.s. Carl Béchard, Juste Pour Rire) / Rouge gueule d’Étienne Lepage (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre PàP) / Autobahn de Neil LaBute (m.e.s. Martin Faucher, Théâtre La Licorne) CINÉMA Laurence anyways de Xavier Dolan / Le Sens de l’humour d’Émile Gaudreault / Les Amours imaginaires de Xavier Dolan TÉLÉVISION Série Noire de François Létourneau et Jean-François Rivard / Les Bobos de Marc Labrèche et Marc Brunet / Toute la vérité d’Annie Piérard et Bernard Dansereau / 30 vies de Fabienne Larouche / Adam et Ève de Claude Meunier / Les Appendices, collectif d’auteurs PRIX Série humoristique à la télévision, Gala des Olivier, pour Les Appendices

Raymond Bouchard

Raymond Bouchard est comédien depuis 49 ans. Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, il enchaîne les rôles tant au théâtre et à la télévision qu’au cinéma. De l’ Or et le papier à  Casino, en passant par Scoop, Lance et compte, Bunker, Temps dur, Annie et ses hommes et maintenant Tranches de vie. Le talent de Raymond Bouchard traverse les générations télévisuelles. Maintes fois récompensé, il a obtenu de nombreuses nominations aux prix Gémeaux et est récipiendaire de deux prix Gémeaux : celui de Meilleur acteur(1990) pour la série l’Or et le papier et celui du Meilleur acteur de soutien (2003) pour son rôle dans Annie et ses hommes. Au cinéma, on l’a vu notamment dans La Florida, Ding et Dong le film, La Grande Séduction, La vie avec mon père, Nitro, Bluff , Funkytown et tout récemment dans La Maison du pêcheur. Pour sa brillante performance dans La Grande Séduction, il fut nominé en 2005 pour le Génie et le Jutra du Meilleur acteur. Au théâtre, il incarne de très nombreux personnages dont, entre autres, les célèbres Othello de Shakespeare, Sganarelle du Dom Juan de Molière et le Malade imaginaire, pour ne nommer que ceux-là, tous au TNM. Il joue aussi chez Duceppe et au Rideau vert. En 87-88, il reçoit le prix Gascon-Roux du TNM et obtient une nomination pour le Masque du Meilleur comédien pour la pièce 12 hommes en colère en 2001. L’an dernier, il crée le rôle-titre dans la dernière pièce de Michel Tremblay , L’Oratorio de Noel, à la Compagnie Jean Duceppe.

Patrice Coquereau

© Louis Bertrand

THÉÂTRE La Monnaie de la pièce de Didier Caron et Roland Marchisio (m.e.s. Benoit Brière, Théâtre du Vieux-Terrebonne) / Dieu Merci, le spectacle, collectif d’auteurs (m.e.s. Yvon Bilodeau, Théâtre du Chenal-du-Moine) / Les 39 marches de John Buchan (m.e.s. Benoit Pelletier, Musicor Spectacles) / Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent (Maître d’œuvre et m.e.s. Loui Mauffette, Attitude Locomotive) / Dans les charbons, poésie carnivore (Maître d’œuvre et m.e.s. Loui Mauffette, Théâtre de Quat’Sous) / Les Palmes de monsieur Schutz de Jean-Noël Fenwick (m.e.s. Denise Filiatrault, Juste Pour Rire) / Le Goûteur de Geneviève Billette (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre PàP) / Le Rire de la mer de Pierre-Michel Tremblay (m.e.s. Marie Charlebois, Les Éternels Pigistes) / Crime contre l’humanité de Geneviève Billette (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre PàP) / Quelques humains de Pierre-Michel Tremblay (m.e.s. Marie Charlebois, Les Éternels Pigistes) / Rhinocéros d’Eugène Ionesco (m.e.s. René Richard Cyr, NCT) CINÉMA Laurence anyways de Xavier Dolan / Le Sens de l’humour d’Émile Gaudreault / André Mathieu de Luc Dionne / De Père en flic d’Émile Gaudreault / Cheech de Patrice Sauvé / Idole instantanée d’Yves Desgagnés / Dans une galaxie près de chez vous de Claude Desrosiers TÉLÉVISION Les Bobos de Marc Labrèche et Marc Brunet / 3600 secondes d’extase de Marc Labrèche / Le Cœur a ses raisons de Marc Brunet / Il était une fois dans le trouble de Jean-François Bélanger / Vice Caché de François Camirand et Louis Saia / Les Bougon de François Avard et Jean-François Mercier / Rumeurs d’Isabelle Langlois AU TNM Le Malade imaginaire de Molière (m.e.s. Carl Béchard) / Le Misanthrope de Molière (m.e.s. René Richard Cyr)

Maxime Denommée

© Rolline Laporte

THÉÂTRE Les Muses orphelines de Michel Marc Bouchard (m.e.s. Martine Beaulne, Duceppe) / Le Dernier feu de  Dea Loher (m.e.s. Denis Marleau, Stéphanie Jasmin, Espace GO + UBU) / Transmissions, texte et mise en scène Justin Laramée (Qui Va Là + Théâtre Aux Écuries) / Félicité d’Olivier (m.e.s. Sylvain Bélanger, Théâtre de La Manufacture) / Les Points tournants de  Stephen Greenhorn (m.e.s. Philippe Lambert, Théâtre de La Manufacture) MISE EN SCÈNE Orphelins de Dennis Kelly (Théâtre de La Manufacture) / Après la fin de Dennis Kelly (Théâtre de La Manufacture) / Tête première de Mark O'Rowe (Théâtre de La Manufacture) CINÉMA Omertà de Luc Dionne / Jaloux de Patrick Demers / La Belle empoisonneuse de Richard Jutra / Cheech de Patrice Sauvé / La Vie secrète des gens heureux de Stéphane Lapointe TÉLÉVISION Virginie de Fabienne Larouche / Aveux de Serge Boucher / Rumeurs d’Isabelle Langlois / Grande ourse de Frédéric Ouellet PRIX Masque 2003  - meilleure interprétation masculine pour Howie le rookie AU TNM Icare d'Olivier Kemeid (m.e.s. Michel Lemieux et Victor Pilon) / Danser à Lughnasa de Brian Friel (m.e.s. Ben Barnes) / L’Avare de Molière (m.e.s. Alice Ronfard)

Vincent Fafard

© Julie Artacho

FORMATION Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (2007) AU TNM  L'importance d'être Constant d'Oscar Wilde (m.e.s. Yves Desgagnés) THÉÂTRE Les Zurbains, collectif d’auteurs (m.e.s. Monique Gosselin, Théâtre Le Clou) / Veille de guerre de Maxime Desjardins (m.e.s. Édith Arvisais, Théâtre Tout Court) / Yukonstyle de Sarah Berthiaume (m.e.s. Martin Faucher, Théâtre d’Aujourd’hui) / La Criss de grande messe des Gerry’s, création collective (ZooFest) / Disparu(e)s de Frédéric Sonntag (m.e.s. Martin Faucher, Théâtre Prospero) / L’Illusion de Corneille (m.e.s. Anne Millaire, Théâtre Denise-Pelletier) / On achève bien les chevaux d’Horace McCoy (adaptation et m.e.s. Marie-Josée Bastien, Théâtre Niveau Parking) CINÉMA Mommy, réalisation Xavier Dolan / Louis Cyr : L'homme le plus fort du monde, réalisation Daniel Roby TÉLÉVISION  Les Bobos de Marc Labrèche et Marc Brunet / Trauma de Fabienne Larouche / Rumeurs d’Isabelle Langlois WEBSÉRIE Barman de Sébastien Gagné / Patrice Lemieux de Daniel Savoie, François Brisebois et François Camirand

Richard Lalancette

THÉÂTRE Un sofa dans le Parc de Martin Doyon (m.e.s. Philippe Lambert, Théâtre des Tournesols) Avec Gilles Latulippe, à la Maison des Arts Drummondville Salut Cocu! / Sex-Shop / Viva Viagra / La Sainte Paix TÉLÉVISION Série Noire de François Létourneau et Jean-François Rivard / Un sur deux de Daniel Chiasson et Donald Bouthillette / Mauvais Karma d'Isabelle Langlois / Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Penthouse 5-o de Richard Blaimert

Virginie Ranger-Beauregard

FORMATION Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (2012) THÉÂTRE AU CONSERVATOIRE Lettres aux acteurs de Valère Novarina (m.e.s. Marc Béland) / Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare (m.e.s. Michel Monty) CINÉMA La petite reine d’Alexis Durand-Brault / Laurentie de Mathieu Denis et Simon Lavoie TÉLÉVISION Au secours de Béatrice de Francine Tougas (auteure) et Alexis Durand-Brault (réal) / Mensonges de Gilles Desjardins (auteur) et Sylvain Archambault (réal) / 30 vies (automne 2012) de Fabienne Larouche PRIX Prix UDA de la meilleure interprétation du Fantastique week-end du cinéma québécois 2014

Julie Vincent

© Marc-Antoine Zouéki
En plus d'être comédienne, auteure et metteure en scène, Julie Vincent occupe le poste de directrice générale et artistique de la compagnie de théâtre Singulier Pluriel THÉÂTRE Interprétation, texte et mise en scène Soledad au hasard (La Licorne) / Le Portier de la gare Windsor /El Portero de la Estacion Windsor / La Robe de marié de de Gisèle Schmidt (Théâtre PàP) Interprétation Ma mère chien de Louise Bombardier (m.e.s. Wajdi Mouawad, Théâtre d'Aujourd'hui) / Autopsie Femme de Charlotte Laurier (S.A.T.) / mise en scène  / Le Marin de Fenando Pessoa (m.e.s Julie Vincent, Théâtre d'Aujourd'hui) / Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay (m.e.s. André Brassard, Théâtre Jean-Duceppe) Mise en scène Résidence : Contes sur moi (Aux Écuries, Cie Da Travessia Sao Paolo)  /Jocaste de Mariana Percocvich (Espace Libre-Singulier Pluriel) / Une chance sur un million de Norm Foster TÉLÉVISION La Galère de Renée-Claude Brazeau / Toute la vérité d’ Annie Piérard et Bernard Dansereau / Virgine de Fabienne Larouche CINÉMA Mes Ennemis de Stéphane Géhami / Rachel dans le ciel de Renaud Plante / Idole instantanée d’Yves Desgagnés AU TNM Ha ha!... de Réjean Ducharme (m.e.s. Lorraine Pintal) / Le Dindon de Georges Feydeau (m.e.s. André Brassard) Avec Yves Desgagnés, de Shakespeare  La Nuit des rois, Les Joyeuses commères de Windsor et Le Songe d’une nuit

Éric Champoux

©ERIC CHAMPOUX

Issu de l’Ecole nationale de Théâtre de Montréal cuvée 1997 où il rencontre Wajdi Mouawad, il créepour lui les éclairages de Ma Mère Chien de Louise Bombardier, Les trois Soeurs deTchekhov, Incendies,Forêts, Seuls, Temps... Il travaille également avec Alice Ronfard pour Désordre public et L’Avarede Molière, Yves Desgagnés pour Le Songe d’une nuit d’été et Les Joyeuses commères de Windsorde Shakespeare, Claude Poissant pour Le Traitement, Marie Gignac pour Leçon d’anatomie... Il crée les lumières d’une récente production du Cirque du Soleil sous chapiteau OVO. Il est également artiste-peintre ; dans son travail les médiums se rencontrent et se mélangent.

Martin Ferland

Scénographie / Formé à l’École Nationale de Théâtre (1982), Martin Ferland a signé plus d’une soixantaine de décors qui ont meublé les scènes montréalaises et d’ailleurs. On peut voir son travail présentement dans plusieurs spectacles en tournée au Québec. Entre autres, Les fourberies de Scapin de Molière (m.e.s Denise Filiatrault) / Les filles de Caleb (livret de Micheline Lanctôt, paroles et musiques de Michel Rivard, m.e.s Yvon Bilodeau). Il partage son temps et son talent entre la création scénographique et la direction de l'atelier de décors PRISME 3. ENSEIGNEMENT Professeur de scénographie à l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx et en matériaux de construction scénique au tout nouveau programme de certificat Technologies des arts de la scène à l'École Polytechnique de Montréal. VARIÉTÉS Les filles de Caleb (livret de Micheline Lanctôt, paroles et musiques de Michel Rivard, m.e.s Yvon Bilodeau / Sherazade, les mille et une nuits de Félix Gray (m.e.s. Yves Desgagnés, Les Productions Sherazade) qui sera présenté Aux Folies Bergère à Paris au mois de décembre prochain. PRIX Prix Gascon-Roux, meilleure conception de décor pour Les Joyeuses Commères de Windsor (2003) AU TNM Le Retour d'Harold Pinter (m.e.s. Yves Desgagnés) / Les Joyeuses Commères de Windsor de Shakespeare (m.e.s. Yves Desgagnés) / Variations énigmatiques d’Éric-Emmanuel Schmitt (m.e.s. Daniel Roussel) / Les Paravents de Jean Genet (m.e.s. André Brassard) Avec Yves Desgagnés Les Joyeuses Commères de Windsor de Shakespeare / Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare / Play Strindberg de Friedrich Dürrenmatt / La Passion de Juliette de Michelle Allen.

Catherine Gadouas

Musique originale / Compositrice, directrice de choeur, répétitrice, recherchiste en plus d'être professeur de chant choral et directrice musicale à l’École Nationale de Théâtre du Canada (depuis 1987). Depuis 1981, elle a réalisé plus de cent quarante créations de musique originale et trames sonores pour les différentes scènes théâtrales québécoises, avec, entre autres, les metteurs en scène Pierre Bernard, André Brassard, Yves Desgagnés, Françoise Faucher, Denise Guilbeault, Luce Pelletier, Lorraine Pintal, Claude Poissant, Jacinthe Potvin et Jean-Pierre Ronfard. À la télévision, elle a signé la musique des télés-séries Montréal P.Q. de Victor Lévy-­Beaulieu, Sous le signe du lion de Françoise Loranger et de plusieurs téléfilms. On a pu entendre sa musique dans les documentaires La Première, réalisation d'Yves Desgagnés diffusé sur le réseau TVA et Les Trains de la vie, d'André Melançon à Radio-Canada. Au cinéma, sa musique accompagnait Roméo et Juliette et Idole Instantanée du réalisateur Yves Desgagnés de même que le court-­métrage Now that we know de Sébastien Girard. En 2002, elle reçoit le Prix Gascon Roux et le Masque de la Meilleure conception sonore, musique originale pour Les Joyeuses Commères de Windsor de Shakespeare produit par Le TNM, dans une mise en scène d’Yves Desgagnés; puis le Prix du Public étudiant du Théâtre Denise-­Pelletier en 2008, pour Les Justes d’Albert Camus, dans une mise en scène d’André Melançon et en 1999, pour Lorenzaccio d’Alfred de Musset dans une mise en scène de Claude Poissant. Elle est en nomination aux Galas des Masques 2007 et 1993 pour le Masque de la conception sonore pour Pour ceux qui croient que la terre est ronde et Ivanov.

Carol Gagné

Coiffures et perruques / Finissant de l’École Nationale de Théâtre du Canada, cuvée 1985 en techniques de scène, je m’intéresse au travail de l’acteur, sa démarche, son élan en pratiquant les métiers de régisseur, directeur de plateau et assistant metteur en scène,  perruquier au Théâtre populaire du Québec, Théâtre du Rideau Vert, Théâtre Jean Duceppe, Théâtre Denise-Pelletier, Théâtre de Quat’sous ainsi qu’ habilleur à Radio-Canada, et coiffeur-perruquier au TNM (Peer Gynt, Le Temps et la chambre, Hosanna, Christine, la reine garçon ). "J’aime apporter une petite touche de plus en collaborant, par la coiffure et la perruque, en accord avec la démarche de l’acteur/actrice et du metteur en scène afin de donner vie et vérité au personnage."

Alain Jenkins

Accessoires / Alain Jenkins est un passionné de l’objet. Il œuvre comme accessoiriste depuis 14 ans déjà et a participé à plusieurs productions cinématographiques et plusieurs films américains.   Il a fait partie de la création du spectacle de Céline Dion à Las Vegas, a collaboré a plusieurs production du Cirque du Soleil et de Franco Dragone. Il a participé à la création de plus de 60 spectacles don Chicago, Cabaret, Sweet Charity, Shérazadele Violon sur le toi et la mélodie du bonheurs et Hairspray. AU TNM Le Balcon de Jean Genet (m.e.s. René Richard Cyr) / Ha ha!... de Réjean Ducharme (m.e.s. Dominic Champagne) / Hamlet de Williame Shakespeare (m.e.s. Marc Béland) / À toi, pour toujours, ta Marie-Lou de Michel Tremblay (m.e.s. Gill Champagne) / Rhinocéros d'Eugène Ionesco (m.e.s. Jean-Guy Legault)  

Judy Jonker

Costumes / THÉÂTRE La Puce à l'oreille de Georges Feydeau (m.e.s. Alain Zouvi, Théâtre du Vieux Terrebonne) / Les chemins qui marchent d'Alexis Martin (m.e.s. Daniel Brière, NTE) / L'Illusion Comique de Corneille (m.e.s. Anne Millaire, NCT) / Anna sous les tropiques de Nilo Cruz (m.e.s. Jean Leclerc, Théâtre du Rideau Vert) / Fantôme de fantasmes, texte et m.e.s. Manon Lussier (Théâtre Le Boléro) / Oncle Vania de Tchekhov (m.e.s. Yves Desgagnés, Compagnie Jean Duceppe) / Bachelor de Michel Rivard, Louise Roy, Louis Saïa (m.e.s. Yves Desgagnés, Zone 3) / Les Filles de Séléné de Nathalie Claude (Momentum) CINÉMA Corbo de Mathieu Denis / Tryptique de Robert Lepage et Pedro Pires / Liverpool de Manon Briand / Route 132 de Louis Bélanger / Dédé à travers les brumes de Jean-Philippe Duval / L’Âge des ténèbres de Denys Arcand / Roméo et Juliette d’Yves Desgagnés TÉLÉVISION En thérapie  de Nadine Bismuth / Vice caché de François Camirand et Louis Saïa / Sölstrom du Cirque du Soleil AU TNM Le Bourgeois gentilhomme de Molière (m.e.s. Benoît Brière) / Le retour d'Harold Pinter (m.e.s. Yves Desgagnés) / L'Iliade d'après Homère (texte et m.e.s. Alexis Martin) / La Mouette de Tchekhov, Le Songe d’une nuit d’été, Les Joyeuses Commères de Windsor et La Nuit des rois de Shakespeare (m.e.s. Yves Desgagnés) / Le Médecin malgré lui de Molière (m.e.s. René Bazinet, Molière en plein air)

Claude Lemelin

Jacques-Lee Pelletier

Maquillage / Concepteur de maquillages depuis plus de 30 ans THÉÂTRE Scaramouche d’après Rafael Sabatini (m.e.s. Jean Leclerc, Théâtre Denise-Pelletier) / La Promesse de l’aube de Romain Gary (adaptation et m.e.s. André Melançon, Espace GO) / Histoire de Marie de Georges Brassaï (m.e.s. Jean-Marie Papapietro, Théâtre de Fortune) / Britannicus de Jean Racine (m.e.s. Martin Faucher, Théâtre Denise- Pelletier) / Gertrude (Le Cri) de Howard Barker (m.e.s. Serge Denoncourt, Espace GO) / La Ménagerie de verre de Tennessee Williams (m.e.s. Françoise Faucher, Compagnie Jean Duceppe) / Madame Louis 14, texte et m.e.s. Lorraine Pintal (La Rallonge) OPÉRA Le Vampire et la nymphomane de Claude Gauvreau (m.e.s. Lorraine Pintal, Chants Libres) / L’Enfant des glaces de Pauline Vaillancourt (m.e.s. Z. Settel et P. Vaillancourt, Chants Libres) / Les Noces de Figaro de Mozart (m.e.s. Benoit Brière, faculté de musique de  l’Université de Montréal) / Starmania symphonique de Luc Plamondon et Michel Berger (m.e.s. Robert Marien, Opéra de Montréal) DANSE Body Remix / Les Variations Goldberg et L’Après-midi d’un faune de Marie Chouinard CAMPAGNE PUBLICITAIRE Bell Canada (Monsieur B) / Opéra de Montréal (2007–2008, 2008-2009) / Théâtre du Nouveau Monde (2007-2008, 2008-2009, 2009-2010) AU TNM Le Dieu du carnage de Yasmina Reza (m.e.s. Lorraine Pintal) / La Charge de l'orignal épormyable de Claude Gauvreau (m.e.s. Lorraine Pintal) / La Petite Pièce en haut de l’escalier de Carole Fréchette(m.e.s. Lorraine Pintal) / Ubu roi d’Alfred Jarry (m.e.s. Normand Chouinard) / Don Juan de Molière (m.e.s. Lorraine Pintal) / Hosanna de Michel Tremblay (m.e.s. Serge Denoncourt) / Le Malade imaginaire de Molière (m.e.s. Carl Béchard) / Une adoration de Nancy Huston (adaptation et m.e.s. Lorraine Pintal) / L’Asile de la pureté de Claude Gauvreau (m.e.s. Lorraine Pintal) / L’Échange de Paul Claudel (m.e.s. Martin Faucher)