Roméo et Juliette

de SHAKESPEARE
texte français NORMAND CHAURETTE
mise en scène SERGE DENONCOURT

Juste pour rire / TNM - production estivale, hors série

Âge recommandé : dès 12 ans

Distribution Mikhaïl Ahooja, Marion Barot, Alex Bergeron, Nathalie Breuer, Jean-François Casabonne, Lévi Doré, Antoine Durand, Marianne Fortier, Guillaume Gauthier, Sarah Cloutier Labbé, Gabriel Lemire, Debbie Lynch-White, Jean-Moïse Martin, Benoît McGinnis, Jean-Francois Pichette, Simon Pigeon, Catherine Proulx-Lemay, Mathieu Richard, Guillaume Rodrigue, Philippe Thibault-Denis

Durée du spectacle
À venir...

Après l’immense succès de Cyrano de Bergerac et des Trois Mousquetaires, le Théâtre du Nouveau Monde et Juste pour rire renouent leur collaboration autour d’une production théâtrale d’envergure, Roméo et Juliette, qui sera présentée du 21 juillet au 18 août sur la scène du TNM. Et c’est Serge Denoncourt, à la barre des précédents spectacles en été, qui signera la mise en scène de cette oeuvre initiatique du répertoire classique. Entourés d’une vingtaine de comédiens, Philippe Thibault-Denis et Marianne Fortier interprèteront les célèbres amants de Vérone immortalisés par Shakespeare, dont on soulignera le 400e anniversaire de sa mort en 2016. Transposée dans l’Italie des années 30, cette sublime histoire d’amour se déploie sur fond de haine et de violence, en pleine montée du fascisme. Une vision novatrice proposée par un metteur en scène aussi flamboyant que talentueux.

William Shakespeare

Né probablement le  àStratford-upon-Avon et mort le  dans la même ville, est considéré comme l'un des plus grands poètes,dramaturges et écrivains de la culture anglaise1. Il est réputé pour sa maîtrise des formes poétiques et littéraires, ainsi que sa capacité à représenter les aspects de la nature humaine. Figure éminente de la culture occidentale, Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. Il est traduit dans un grand nombre de langues et, selon l'Index Translationum, avec un total de 4 159 traductions, il vient au troisième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie et Jules Verne. Ses pièces sont régulièrement jouées partout dans le monde. Shakespeare est l’un des rares dramaturges à avoir pratiqué aussi bien la comédie que la tragédie. Shakespeare écrivit trente-sept œuvres dramatiques, entre lesannées 1580 et 1613. Mais la chronologie exacte de ses pièces est encore discutée. Cependant, le volume de ses créations n'apparaît pas comme exceptionnel en regard de critères de l’époque. On mesure l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses œuvres. L'anglais est d'ailleurs souvent surnommé la langue de Shakespeare tant cet auteur a marqué la langue de son pays en inventant de nombreux termes et expressions. Certaines citations d'ailleurs sont passées telles quelles dans le langage courant.

Serge Denoncourt

© Michel Marc Bouchard

Des adolescents dans la tourmente de l’Italie des années 1930
- ENTRETIEN -



Metteur en scène aussi doué dans les productions à grand déploiement que dans les pièces plus intimistes, Serge Denoncourt propose une vision très personnelle de l’éternelle histoire d’amour de Roméo et Juliette, au TNM, à partir du 21 juillet 2016.

Après Cyrano de Bergerac et Les Trois Mousquetaires, votre prochaine production estivale mettra en scène Roméo et Juliette. Qu’est-ce qui vous séduit dans cette pièce ?

Tout, absolument tout ! J’aime cette pièce depuis que j’ai 12 ans. J’en ai déjà monté une version avec le Théâtre de l’Opsis, en 1989, qui s’appelait À propos de Roméo et Juliette, dans laquelle je jouais Mercutio. Plus que le drame romantique, il y a dans Roméo et Juliette un portrait de l’adolescence extraordinaire, porté par les deux héros, bien sûr, mais aussi par d’autres personnages comme Tybalt, Balthazar, Benvolio. L’idéalisme naïf et la violence des adolescents, cette pensée magique qui permet de croire que, si Roméo et Juliette se marient, le conflit va disparaître et la guerre entre les familles n’existera plus, me touchent beaucoup. Je pense que Shakespeare a longuement observé les adolescents autour de lui : les personnages de Juliette et Roméo sont très bien écrits, psychologiquement et théâtralement.

Quelles sont vos intentions de mise en scène ?

Quand on s’attaque à Roméo et Juliette, on ne peut s’empêcher de se poser la question : que pourrais-je faire que les autres n’ont pas fait ? La pièce a connu de nombreuses adaptations, bonnes, mauvaises, géniales ou fulgurantes ; il y a eu plusieurs films, dont celui de Franco Zeffirelli, la comédie musicale West Side Story, des séries... Tout à coup, m’est venu l’image de l’Italie dans les années 30. Ca se passe donc toujours à Vérone, mais j’ai transposé l’action en 1937, au cœur de deux familles très riches dont l’une s’avère être plutôt profasciste. Une guerre politique est donc sous-entendue. J’aime l’idée de montrer la montée du fascisme, la guerre qui approche et qui souille la pureté de l’amour. Je veux en faire une lecture claire, une lecture en profondeur. Dans la pièce, on ne sait pas pourquoi les familles sont en guerre. Pour moi, ce sont deux pensées politiques et sociales qui s’opposent, dans un monde mené par la politique. Mais, pour que cela fonctionne aujourd’hui, il me fallait deux entités distinctes autres que deux familles.

Que vous permet cette transposition ?

Cela me permet d’aller chercher un corps plus moderne, débarrassé des attributs de la Renaissance, et de le placer dans un univers mythique, une Vérone historique. Je n’avais pas envie d’être dans la joliesse, mais plutôt ancré dans la réalité de familles aristocratiques, qui jouent au tennis, prennent des cours d’escrime, vont dans des cocktails ou se promènent à bicyclette pendant que Mussolini s’approche d’une alliance avec Hitler. Le désespoir de Mercutio, l’amour suicidaire de Juliette, celui téméraire de Roméo, la peur de Benvolio, tout ceci est excessif. Deux adolescents qui vont mourir parce que les gens autour d’eux ne leur permettent pas de s’aimer, il n’y a rien de joli là-dedans !

Vous êtes connu pour l’exigence de votre direction d’acteurs et votre talent à constituer des distributions. Qui avez-vous choisi pour interpréter Roméo et Juliette ?

La mise en scène repose sur les acteurs qui doivent tenir le texte à bout de bras. Philippe Thibault-Denis, qui jouait D’Artagnan, sera Roméo et Marianne Fortier, la jeune actrice découverte dans le film Aurore et louée pour son interprétation dans la série télévisuelle Pour Sarah, fera en Juliette ses débuts sur les planches. C’est difficile de choisir Juliette. Elle doit nous faire croire à sa virginité dès qu’elle entre en scène, elle ne doit pas la jouer mais l’imposer. Lors des auditions, quand j’ai vu Marianne, j’ai su que c’était elle. Et puis, il y a une chimie entre elle et Philippe Thibault-Denis, une magie, une électricité. Benoît McGinnis sera un Mercutio alcoolique et autodestructeur. Debbie Lynch-White interprètera la nourrice et Guillaume Cyr, le frère Laurent. Il me reste maintenant à construire les familles, mais je ne pouvais pas le faire avant d’avoir trouvé les interprètes principaux, puisque tout part de Roméo et de Juliette. Une vingtaine de comédiens seront sur scène.

La scénographie montre une cour intérieure de grande villa italienne, une sorte de palazzo. La première scène a lieu dans un gymnase, où les jeunes riches apprennent l’escrime, d’autres scènes auront lieu dans un café. Je veux montrer une Vérone très italienne, pas celle fantasmée de Shakespeare mais plutôt celle de Vittorio De Sica dans son film Le Jardin des Finzi Contini. Les costumes seront inspirés des années 30, afin de créer une ambiance proche de celle du film Les Damnés, de Visconti, un cinéaste dont je suis un grand admirateur. Monter un Roméo et Juliette « viscontien », ça fait bien mon affaire…

Propos recueillis et mis en forme par Michelle Chanonat.

  La conception de costumes sera signée par Pierre-Guy Lapointe et Serge Denoncourt, inspirée de François Barbeau. 

Normand Chaurette

MYSTÈRE ET LUDISME

Dès sa première pièce, le texte radiophonique Rêve d’une nuit d’hôpital, Normand Chaurette se distingue : l’auteur remporte le premier prix du IVe Concours d’œuvres dramatiques de Radio-Canada et le Prix Paul Gilson, décerné en Suisse en 1976. Mais il faudra attendre quelques années pour que son théâtre trouve véritablement sa place sur scène : l’incandescent Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans (1982), La Société de Métis (1986), l’énigmatique Fragments d’une lettre d’adieu lus par des géologues (1988)... Une oeuvre pareille à nulle autre dans la dramaturgie québécoise, se démarquant par son ludisme, son mystère, par la rigueur de sa construction et de sa langue.

Portant cet univers sur scène dès 1982 avec Fêtes d’automne, le Théâtre du Nouveau Monde aura aussi produit Stabat Mater II (1999), et présenté Le Passage de l’Indiana (1996). Avec cette pièce, créée lors de la cinquantième édition du prestigieux Festival d’Avignon, Normand Chaurette effectue non seulement une entrée remarquée sur la scène française, mais il amorce une collaboration artistique fructueuse avec Denis Marleau. Le metteur en scène sera ensuite aux commandes du Petit Köchel (2000), aussi créé à Avignon, de Ce qui meurt en dernier (2008) et de la reprise des Reines (2005) : une oeuvre qui deviendra la première pièce québécoise présentée à la Comédie-Française en 1997, sous la direction de Joël Jouanneau.

Ce lauréat de deux prix du Gouverneur général a aussi touché au roman (Scènes d’enfants, 1989) et au scénario de film (Roméo et Juliette, 2005). Alors que son oeuvre personnelle peut être lue en anglais, en italien, en catalan, en espagnol et en allemand, Normand Chaurette a lui-même acquis une solide réputation de traducteur. Il a notamment signé une douzaine de traductions de Shakespeare, louées pour leur modernité. C’est à lui qu’on doit les versions françaises de La Nuit des rois, La Tempête, Les Joyeuses Commères de Windsor, Le Songe d’une nuit d’été, Roméo et Juliette, Le Roi Lear, tous montés au TNM. Récemment, il a aussi traduit Othello pour la compagnie UBU.

Mikhaïl Ahooja

FORMATION Conservatoire d'Art Dramatique de Montréal (2010) THÉÂTRE Rouge (m.e.s. Serge Denoncourt, Théâtre du Rideau vert / Cantate de guerre (m.e.s. Martine Beaulne, Théâtre d’Aujourd’hui) / Il Campiello (m.e.s Serge Denoncourt, Théâtre de l’Opsis / Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent (m.e.s. Loui Mauffette, Attitude Locomotive) TÉLÉVISION Les Jeunes Loups de Jean-Claude Lord et Éric Canuel / 19-2 de Réal Bossé et Claude Legault / Au secours de Béatrice de Francine Tougas / Mauvais Karma d’Isabelle Langlois / Les Rescapés II de Frédéric Ouellet / Toute la vérité de Annie Piérard et Bernard Dansereau CINÉMA  La Maison du pêcheur d’Alain Chartrand / Ville-Marie de Guy Édoin / Tout est parfait de Yves-Christina Fournier AU TNM La Divine Illusion de Michel Marc Bouchard (m.e.s. Serge Denoncourt)

Marion Barot

© Marion Barot
FORMATION Diplômée en interprétation de l'École nationale de théâtre du Canada (2014) THÉÂTRE Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent (2016, Loui Mauffette, Attitude Locomotive)

Alex Bergeron

FORMATION Diplômé en interprétation de l'École nationale de Théâtre (2014) THÉÂTRE La Logique du pire (texte et m.e.s Étienne Lepage, OFFTA) / Grande Écoute de Larry Tremblay (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre PàP) / Attentat (Collectif d’auteurs, m.e.s. Gabrielle Côté, Théâtre [mo]) TÉLÉVISION Pour Sarah de Michelle Allen / Lol de Pierre Paquin, Denis Savard et Daniel Michaud / Un sur deux d'Anne Boyer et Michel D'Astous

Nathalie Breuer

© Panneton-Valcourt
THÉÂTRE Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent, collectif (m.e.s. Loui Mauffette, Attitude Locomotive) / Tout comme elle d'après un texte de Louise Dupré (m.e.s. Brigitte Haentjens, Sibyllines) / Paradise by the river de Vittorio Rossi (m.e.s. Joel Miller, Hb Arts Foundation) CINÉMA Le Ciel sur la tête d'André Melançon / Trop près du sol de Carole Laure / L’Éternel et le Brocanteur de Michel Murray TÉLÉVISION Ces gars là de Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau / 30 Vies de Fabienne Larouche / Série noire de François Létourneau et Jean-François Rivard/ Les Rescapés de Frédéric Ouellet / Les Invinsibles III de François Létourneau et Jean-François Rivard / Providence de Chantal Cadieux / Les Bougon de François Avard

Jean-François Casabonne

© Monic Richard
THÉÂTRE Le Repas des fauves de Vahé Katchal (M.e.s. Denise Filiatrault, Théâtre du Rideau Vert) / L’Architecture de la paix de Paula de Vasconcelos et Évelyne de la Chenelière (M.e.s. Paula de Vasconcelos) / Une vie pour deux d’Évelyne de la Chenelière, d’après le roman de Marie Cardinal (M.e.s. Alice Ronfard, Espace GO, CNA) / La Resistenza d’Olivier Kemeid (M.e.s. Luce Pelletier et Olivier Kemeid, Le théâtre de l’Opsis) / Détruire nous allons de Philipe Boutin (M.e.s. : Philippe Boutin, Couronne Nord dans le cadre du OFFTA) / Le Diable rouge d’Antoine Rault (M.e.s. Serge Denoncourt, Cie Jean-Duceppe) / Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent (direction artistique Loui Mauffette, Attitude Locomotive) / Anna sous les tropiques de Nilo Cruz (M.e.s. Jean Leclerc, Théâtre du Rideau Vert) / Projet Andromaque de Jean Racine (M.e.s.: Serge Denoncourt, Espace GO) / Réveillez-vous et chantez ! de Clifford Odets (M.e.s. Luce Pelletier, Théâtre de l’Opsis-Théâtre Prospero, tournée québécoise) / Musica Nocturna - La nuit sera courte de Catherine Lalonde (Chorégraphie: Catherine Lalonde, À La2 Danse, Danse Cité. FIL) / Vassa de Maxime Gorki (M.e.s. et adaptation: Alexandre Marine, Théâtre du Rideau Vert) / Le Portier de la Gare Windsor (Texte et m.e.s. Julie Vincent, Théâtre Singulier Pluriel / Carnets de voyages de Michel Robidoux, Yves Dubé, Normand Canac-Marquis et Daniel Meilleur (M.e.s. Daniel Meilleur, Théâtre Les Deux Mondes, PDA) TÉLÉVISION Au secours de Béatrice de Francine Tougas / Toute la vérité III d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Virginie de Fabienne Larouche / La Galère de Renée-Claude Brazeau / Casino de Réjean Tremblay / Le Bleu du ciel de Victor-Lévy Beaulieu / Fortier de Fabienne Larouche CINÉMA Mes ennemis de Stéphane Géhami / Bo$$é Inc. de Claude Desrosiers / Cruising Bar 2 de Robert Ménard / Le Ring d'Anaïs Barbeau-Lavalette / Toi de François Delisle / La beauté de Pandore de Charles Binamé AU TNM Moby Dick d'Herman Melville (m.e.s. Dominic Champagne) / Christine, la reine garçon de Michel-Marc Bouchard (M.e.s.: Serge Denoncourt) / L’Histoire du roi Lear de William Shakespeare (M.e.s.: Denis Marleau) / Élizabeth, Roi d’Angleterre de Timothy Findley (M.e.s. René Richard Cyr) / La Cerisaie d'Anton Tchekhov (M.e.s. Serge Denoncourt) / La vie est un songe de Pedro Calderon de la Barca (M.e.s. Claude Poissant) / Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (M.e.s. Alice Ronfard) / Hamlet de Shakespeare (M.e.s. Olivier Reichenbach)

Lévi Doré

© Annie Savage (Zircophoto)
TÉLÉVISION Au secours de Béatrice de Francine Tougas/ Ces gars là de Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau / Un gars le soir de Nicolas Lemay et Jean-François Mercier / La Grande Rentrée TVA 2013 CINÉMA État sauvage de Sophie Goyette VARIÉTÉ Les Immatures, gala Juste pour rire 2012 AU TNM La Divine Illusion de Michel Marc Bouchard (m.e.s. Serge Denoncourt)

Antoine Durand

© Alain Desjean
THÉÂTRE Le Dîner de cons de Francis Veber (m.e.s Normand Chouinard, La Meute) / Un Village de fous de Neil Simon (m.e.s Monique Duceppe, Compagnie Jean Duceppe) / L’Esprit de famille d’Éric Assous (m.e.s Monique Duceppe, Compagnie Jean Duceppe) / Scandale de Ray Cooney (m.e.s Normand Chouinard, Juste pour rire) / Fragments de mensonges inutiles de Michel Tremblay (m.e.s Serge Denoncourt, Compagnie Jean Duceppe) / Là de Serge Boucher (m.e.s René Richard Cyr, Compagnie Jean Duceppe / Oreste : The Reality Show de Serge Denoncourt d’après Euripide (m.e.s Serge Denoncourt, Théâtre de l'Opsis) / Oreste d’Euripide (m.e.s. Luce Pelletier, Théâtre de l'Opsis) / Le Vent et la Tempête de Jérôme Lawrence et Robert E. Lee (m.e.s. Monique Duceppe, Compagnie Jean Duceppe) / La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller (m.e.s. Monique Duceppe, Compagnie Jean Duceppe) / L’Homme en lambeaux de Mikhaïl Ougarov (m.e.s. Luce Pelletier, Théâtre de l’Opsis) / La grande magia d’Eduardo De Filippo (m.e.s. Serge Denoncourt, Compagnie Jean Duceppe) / Silence en coulisses ! de Michael Frayn (m.e.s. Serge Denoncourt, Théâtre des Cascades) / Des hommes d'honneur d’Aaron Sorkin (m.e.s. Claude Maher, Compagnie Jean Duceppe) / Trilogie « Les désarrois amoureux » de Pierre-Yves Lemieux (m.e.s. Martin Faucher, Monique Duceppe, Compagnie Jean Duceppe) / Le Faucon de Marie Laberge (m.e.s. Marie Laberge, Compagnie Jean Duceppe) / Le Bienheureux de Michael Cooney (m.e.s Olivier Aubin, Théâtre du Chenal-du-Moine) / Charbonneau et le Chef de John Thomas McDonough (m.e.s Claude Maher, Compagnie Jean Duceppe) / P.S. Ton chat est mort de James Kirkwood (m.e.s Yvon Bilodeau, Théâtre La Marjolaine) / Sainte Jeanne de Bernard Shaw (m.e.s. Yves Desgagnés, Compagnie Jean Duceppe) TÉLÉVISION Nouvelle Adresse I et II de Richard Blaimert / Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Providence VII de Chantal Cadieux / La Galère I et II de Renée-Claude Brazeau / Les Bougon II de François Avard / Les Héritiers Duval de Guy Fournier / Mon meilleur ennemi de Suzanne Aubry et Louise Pelletier / Chop Suey de Christian Fournier et Ginette Tremblay / Jamais deux sans toi de Guy Fournier / Lorenzaccio d’Alfred de Musset / Tape-Tambour de Marie Racine / Alexandre et le Roi de Michel Dumont et Linda Wilscam CINÉMA Premier juillet de Philippe Gagnon / Rêve aveugle de Diane Beaudry / Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer de Jacques Wilbrod Benoît Au TNM La Cerisaie de Tchekhov (m.e.s Serge Denoncourt, 2000) / La Mégère apprivoisée de Shakespeare (m.e.s. Martine Beaulne, 1995) / Roméo et Juliette de Shakespeare (m.e.s. Guillermo de Andréa, 1989) / Le Bourgeois gentilhomme de Molière (m.e.s. Guillermo de Andréa, 1989) / La Cuisine d’Arnold Wesker (m.e.s. Guillermo de Andréa, 1985) / L'Avare de Molière (m.e.s. Olivier Reichenbach, 1985) / Arlequin, serviteur de deux maîtres de Goldoni (m.e.s. Guillermo de Andréa, 1984)

Marianne Fortier

© Lawrence Arcouette
CINÉMA Premier amour de Guillaume Sylvestre / Maman est chez le coiffeur de Léa Pool / À mère et marées d'Alain Fournier / Aurore de Luc Dionne TÉLÉVISION Pour Sarah de Michelle Allen / Le Berceau des anges de Jacques Savoie / La Galère de Renée-Claude Brazeau / Les Rescapés de Frédéric Ouellet / Apparences de Serge Boucher / Trauma de Fabienne Larouche

Guillaume Gauthier

© Maxime Côté
FORMATION Diplômé en interprétation de l'École Nationale de Théâtre du Canada (2014) THÉÂTRE Les haut-parleurs (texte et m.e.s. Sébastien David, Théâtre Bluff) / Jack et le haricot magique (m.e.s. Charles Dauphinais Théâtre La Roulotte) TÉLÉVISION Pour Sarah de Michelle Allen / 19-2 de Réal Bossé et Claude Legault / Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Il était une fois dans le trouble de Jean-François Bélanger CINÉMA Running de Yan England / Le Scaphandrier de Alain Vézina

Sarah Cloutier Labbé

© Julien Cloutier Labbé
FORMATION Diplômée en interprétation du Collège Lionel-Groulx (2015)

Gabriel Lemire

© Maxime Côté
FORMATION Diplômé du Conservatoire d'art dramatique de Montréal (2016) THÉÂTRE Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent (2016, Loui Mauffette, Attitude Locomotive) COURT-MÉTRAGE Le Chien de Nicolas Legendre/ Lockmidor chronique expérimentale sur le rêve de Sébastien Riuz et Gabriel Lemire / La Vie normale de Louis-Philippe Martin

Debbie Lynch-White

© Julie Articho
FORMATION Diplômée en interprétation du Cégep de Saint-Hyacinthe (2010) THÉÂTRE Pierre, Marie... et le démon d'Éric Assous (m.e.s. Jean-Bernard Hébert, Théâtre des Grands Chênes) / J'accuse d'Annick Lefebvre (m.e.s. Sylvain Bélanger, Théâtre d'Aujourd'hui) / Le Vertige, tiré des mémoires d'Evguénia Guinzbourg (m.e.s. Lue Pelletier, Théâtre de l'Opsis) / Sunderland de Clément Koch (m.e.s. Serge Postigo, Théâtre Jean-Duceppe) / Chlore (texte et m.e.s. Florence Longpré, Théâtre du Grand Cheval) CINÉMA Henri Henri de Martin Talbot / Catimini de Nathalie St-Pierre TÉLÉVISION Unité 9 de Danielle Trottier / Mon meilleur ami de Benoît Chartier

Jean-Moïse Martin

THÉÂTRE Un tramway nommé désir de Tennessee Williams (m.e.s. Serge Denoncourt, Espace Go) / Les Liaisons dangeureuses de Christopher Hampton (Serge Denoncourt / Théâtre Jean Duceppe) / Trois de Mani Soleymanlou (Orange noyée) / L’Effet du temps sur Matévina, texte et m.e.s. Annie Ranger (Théâtre I.N.K.) / Bob de René-Daniel Dubois (m.e.s. René Richard Cyr, Théâtre d'Aujourd'hui) / Construction de Pier-Luc Lasalle (m.e.s. Daniel Roussel, Théâtre du Rideau vert) CINÉMA Pour l'amour de Dieu et Suzie de Micheline Lanctôt / Cruising bar II de Robert Ménard et Michel Côté TÉLÉVISION Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / O’II de José Fréchette / 19-2 de Réal Bossé et Claude Legault / Destinées de Michelle Allen / Yamaska d'Anne Boyer et Michel D'Astous / 30 vies de Fabienne Larouche / La Promesse de Danielle Trottier AU TNM Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas et Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (m.e.s. Serge Denoncourt, avec Juste pour rire)

Benoît McGinnis

© Marc-Antoine Zouéki

THÉÂTRE Silence en coulisses! de Michael Frayn (m.e.s. Benoit Brière, Théâtre du Vieux-Terrebonne) / Le Fou de Dieu de Stéphane Brulotte (m.e.s. Marc Béland, Théâtre Il va sans dire) / Britannicus de Racine (m.e.s. Martin Faucher, Théâtre Denise-Pelletier) / Les Feluettes de Michel Marc Bouchard (m.e.s. Frédéric Dubois, Théâtre de La Bordée) / Le Goûteur de Geneviève Billette (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre PàP) AVEC RENÉ RICHARD CYR  Contre le temps de Geneviève Billette (Théâtre d'Aujourd'hui) / Excuse-moi de Serge Boucher (Compagnie Jean-Duceppe) / Amadeusde Peter Shaffer, Le Vrai Monde? de Michel Tremblay,  de Serge Boucher (Compagnie Jean Duceppe) / Bob de René-Daniel Dubois, Avec Norm' de Serge Boucher (Théâtre d'Aujourd'hui) / Frères de sang (Productions Libretto) TÉLÉVISION Les Hauts et les bas de Sophie Paquin de Richard Blaimert / Aveux de Serge Boucher / Trauma de Fabienne Larouche / Belle-Baie de Renée Blanchard /30 vies de Fabienne Larouche CINÉMA La Vie avec mon père et Le Banquet de Sébastien Rose / Route 132 de Louis Bélanger / Les Amours imaginaires de Xavier Dolan / L'Empire Bo$$é de Guy A. Lepage PRIX Prix Gascon-Roux pour son interprétation de Hamlet / Prix de la relève Olivier Reichenbach pour Une adoration de Nancy Huston (Théâtre du Nouveau Monde) / Prix du public étudiant pour Britannicus de Racine (Théâtre Denise-Pelletier) AU TNM Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas (m.e.s. Serge Denoncourt, avec Juste pour rire) / Le Chant de Sainte Carmen de la main de (Tremblay/Cyr/Bélanger, Productions Spectra Musique) / Le Roi se meurt d'Eugène Ionesco (m.e.s. Frédéric Dubois) / Hamlet de Shakespeare, trad. Jean Marc Dalpé (m.e.s. Marc Béland) / Une Adoration de Nancy Huston (m.e.s. Lorraine Pintal)

Jean-Francois Pichette

© Monic Richard
THÉÂTRE Je pense à Yu de Carole Fréchette (m.e.s. Marie Gignac, Théâtre d'Ajourd'hui) / La Chanson de l'éléphant de Nicolas Billon (m.e.s. René-Richard Cyr, Théâtre d'Aujourd'hui) / L'Année du championnat de Jason Miller (m.e.s. Denis Bernard, Théâtre Jean Duceppe) / Le Langue-à-langue des chiens de roche de Daniel Danis de (m.e.s. René Richard Cyr, Théâtre d’Aujourd’hui) / Le roi se meurt d'Eugène Ionesco (m.e.s. René-Daniel Dubois, Espace Go) / L’Enfant-problème de George F. Walker (m.e.s. Pierre Bernard, Théâtre de Quat’sous) / Bonjour là, bonjour de Michel Tremblay (m.e.s. André Brassard, Compagnie Jean Duceppe) / Le Temps d’une vie de Roland Lepage (m.e.s. René Richard Cyr, Théâtre du Rideau Vert - CNA) / Les Guerriers de Michel Garneau (m.e.s. René-Daniel Dubois, Espace Go) CINÉMA À part des autres de Marcel Simard / Secret de banlieue de Louis Choquette / Mouvement du désir de Léa Pool / Being at home with Claude de Jean Beaudin / Une histoire inventée de Marc-André Forcier / Blue la magnifique de Pierre Mignot / À corps perdu de Léa Pool / TÉLÉVISION Nouvelle adresse de Richard Blaimert / Trauma de Fabienne Larouche / La Promesse de Danielle Trottier / Belle-Baie de Renée Blanchar / Les Poupées russes et Nos Étés d'Anne Boyer et Michel D'Astous / Virginie, Un homme mort et Fortier de Fabienne Larouche / Alys Robi de Denise Filiatrault / Montréal P.Q. de Victor-Lévy Beaulieu AU TNM Le Retour de Pinter et Les Bas-fonds de Gorki (m.e.s. Yves Desgagnés)

Simon Pigeon

TÉLÉVISION Marche à l'ombre d'Ian Lauzon / Les beaux malaises de Martin Matte / Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Les étoiles filantes de François Archambault CINÉMA Corbo de Mathieu Denis / 1987 de Ricardo Trogi / Il était une fois les Boys de Richard Goudreault / Un été sans point ni coup sûr de Francis Leclerc WEB Tête d'affiche de Simon Boulerice et Guillaume Lambert

Catherine Proulx-Lemay

© Carl Lessard
THÉÂTRE Bientôt viendra le temps de Line Knutzon (m.e.s. Luce Pelletier, Théâtre de l'Opsis) / Le Vertige, tiré des mémoires d'Evguénia Guinzbourg (m.e.s. Luce Pelletier, Théâtre de l'Opsis) / De Corneille à Feydeau en passant par Molière de Gilbert Dupuis (m.e.s. Martin Lavigne, La Comédie humaine) / L'envie de Catherine-Anne Toupin (m.e.s. Frédéric Blanchette, Théâtre d'Aujourd'hui) / La Cagnote d’Eugène Labiche (m.e.s. Vincent Bilodeau, Théâtre Denise-Pelletier) CINÉMA C'est pas moi je le jure de Philippe Falardeau / Horloge biologique de Ricardo Trogi / Dans une galaxie près de chez vous de Claude Desrosiers / Niagara d'Ann Arson TÉLÉVISION Les Beaux Malaises de Martin Matte / L'Auberge du chien noir de Sylvie Lussier et Pierre Poirier / Unité 9 de Danielle Trottier / 30 Vies de Fabienne Larouche / Une grenade avec ça (collectif) / Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Aveux de Serge Boucher / Les Haut et les bas de Sophie Paquin de Richard Blaimert / La Galère de Renée-Claude Brazeau

Mathieu Richard

© Maude Chauvin
Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (CADM / 2014) THÉÂTRE Le Misanthrope de Molière (m.e.s Michel Monty, Théâtre du Rideau Vert) / Jack et le haricot magique (m.e.s Charles Dauphinais, La Roulotte) / Cabaret de chant Louis Aragon (m.e.s Yves Morin, CADM AU TNM Moby Dick d'Herman Melville (m.e.s. Dominic Champagne)

Guillaume Rodrigue

© Andrée-Anne Gauthier
Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (CADM / 2013) THÉÂTRE Grand peur et misère du IIIe Reich de Bertolt Brecht (m.e.s Geoffrey Gaquère, CADM) / À l’ombre des jeunes filles en fleur de Marcel Proust (m.e.s. Patricia Nolin, CADM) / ADN / Chatroom (m.e.s. Sylvain Bélanger, CADM) AU TNM Avec Les Trois Mousquetaires, Guillaume Rodrigue fait son entrée au TNM

Philippe Thibault-Denis

© Andréanne Gauthier
FORMATION Conservatoire d'art dramatique de Montréal (2012) THÉÂTRE Jusqu'au sang ou presque d'Annie Ranger (m.e.s. Marilyn Perreault, Théâtre I.N.K.) / Les Liaisons dangereuses de Christopher Hampton (m.e.s. et traduction de Serge Denoncourt, Compagnie Jean-Duceppe) / L'Architecture de la paix d'Evelyne de la Chenelière (m.e.s. et chorégraphie de Paula de Vasconcelos, Pigeons International) / Le P'tit Jourdain inspiré de Molière (m.e.s. Hubert Fielden, Troupe du Panache, Théâtre Denise-Pelletier) TÉLÉVISION Unité 9 de Danielle Trottier / Comment devenir une légende, réalisation de  Yannick Savard  / Toute la vérité d'Annie Piérard et Bernard Dansereau / Nouvelle adresse de  Richard Blaimert / Un sur 2 d'Anne boyer et Michel D'Astous CINÉMA Laurentie de Mathieu Denis et Simon Lavoie AU TNM Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (m.e.s. Serge Denoncourt, avec Juste pour rire)

Guillaume Lord

© CDS

Scénographie / ARTS DE LA SCÈNE Cavalia II, Production Voltige, 2011 / Love Lies Bleeding (ballet), concept et chorégraphies Jean Grand-Maître, paroles, musique et collaboration artistique Sir Elton John, Alberta Ballet, 2010 / Eros Ramazzotti (Ali e Radici), Live Nation Italia, tournée européenne, 2009 / Zaia, Cirque du Soleil, concept et mise en scène Gilles Maheu, Macau, 2008 / Don Juan (comédie musicale), mise en scène Gilles Maheu, NDP Project et Groupe Gillett, 2003 / Nomade et Rain, Cirque Eloize, mise en scène Daniele Finzi Pasca, en tournée depuis 2002 / Arturo Brachetti, concept et mise en scène Serge Denoncourt, Productions Juste Pour Rire, tournée mondiale depuis 1999, Folies Bergères (Paris), 2010 PRIX Gascon-Roux du Théâtre du Nouveau Monde, meilleur décor (Le temps et la chambre), 1995 / Académie québécoise du théâtre, Masque du meilleur décor (Le temps et la chambre), 1995 AU TNM Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (m.e.s. Serge Denoncourt) / Hosanna de Michel Tremblay, La Cerisaie d'Anton Tchekhov, Le Temps et la chambre de Botho Strauss (m.e.s. Serge Denoncourt) / Le Marchand de Venise de Shakespeare (m.e.s. Daniel Roussel)

Martin Labrecque

© Mathieu Poirier
Éclairages / Conception des éclairages / THÉÂTRE Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams (dramaturgie et m.e.s. Serge Denoncourt, Espace GO) / Débris d’Ursula Rani Sarma (trad. Jean Marc Dalpé, m.e.s. Claude Desrosiers, La Manufacture)/ Intouchables Éric Toledano et Olivier Nakache, m.e.s. René Richard Cyr / Théâtre du Rideau Vert / Lumières, lumières, lumières d’Évelyne de la Chenelière (m.e.s. Denis Marleau, Espace GO) / Cinq visages pour Camille Brunelle de Guillaume Corbeil (m.e.s. Claude Poissant, PàP) / Belles-sœurs de Michel Tremblay, m.e.s. René Richard Cyr, musique Daniel Bélanger, Théâtre d’Aujourd’hui, B14) / Le Prénom de M. Delaporte et A. de la Pattelière (m.e.s. Serge Denoncourt, Juste pour rire) / Projet Andromaque d’après Racine (m.e.s. Serge Denoncourt, Espace GO) / Il Campiello de Goldoni (m.e.s. Serge Denoncourt, Théâtre de l’Opsis) / Paradis perdu, texte et m.e.s. Dominic Champagne (prod. Paradis Perdu) / Abraham Lincoln va au théâtre de Larry Tremblay (m.e.s. Claude Poissant, PàP) / Félicité d’Olivier Choinière (m.e.s. Sylvain Bélanger, La Manufacture) / La Société des loisirs de François Archambault (m.e.s. Michel Monty, La Manufacture) CIRQUE Au Cirque du Soleil : PanAm / KuriosCabinet des curiosités / The Immortal World Tour Michael Jackson / Viva Elvis / Kooza / Corteo / Au Cirque Eloize : Rain / Nomade PRIX Félix du Concepteur d’éclairages de l’année pour Mutantes (Pierre Lapointe), édition 2009 / Masque pour la conception des éclairages de Hosanna, Gala des Masques, édition 2006 / Masque ‐ Production Montréal pour Everybody’s WELLES pour tous, Gala des Masques, édition 2004 / Masque pour la conception des éclairages pour Le Peintre des Madones, Gala des Masques, édition 2004 / Masque pour la conception des éclairages pour L’Homme en lambeaux, Gala des Masques, édition 2001 / Prix du Public du Théâtre Denise‐Pelletier pour les éclairages de TitCoq, édition 2000 Au TNM Le roi se meurt d’Ionesco, (m.e.s. Frédéric Dubois, 2012-2013) / Christine, la reine-garçon de Michel Marc Bouchard (m.e.s. Serge Denoncourt, 2012-2013) / Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare (m.e.s. René Richard Cyr, 2009-2010) / L’Illiade d’après Homère (texte et m.e.s. Alexis Martin, 2007-2008) / Le Malade imaginaire de Molière (m.e.s.Carl Béchard, 2006) / Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams (m.e.s. René Richard Cyr, 2002) / La Cerisaie d’Anton Tchekhov (m.e.s. Serge Denoncourt, 1999-2000)    

Pierre-Guy Lapointe

Une co-conception de costumes de Pierre-Guy Lapointe et Serge Denoncourt inspirée de François Barbeau /  Depuis vingt ans, Pierre-Guy Lapointe fait partie du paysage théâtral et télévisuel, concepteur-costumier-collaborateur-assistant, il a travaillé sur plus d’une centaine de spectacles sur scènes et différentes productions pour la télévision et le cinéma. Il a signé la conception des costumes pour plusieurs œuvres tant au théâtre que pour la danse. Notamment Match (2011), Des souris et des hommes (2012), La Vénus au vison (2013), Judy Garland la fin d’une étoile et Un tramway nommé Désir (2015).

Philip Pinsky

Musique originale, compositeur, concepteur sonore / THÉÂTRE Philip a été artiste associé au Royal Lyceum d'Edimbourg pendant 5 ans, où il a travaillé comme  compositeur et concepteur sonore pour plus de 20 productions, incluant The Guid Sisters (une version écossaise de Les Belles-soeurs, m.e.s. Serge Denoncourt, coproduction National Theatre of Scotland) / Pressure de David Haig (coproduction avec le Chichester Festival Theatre) / Dark Road de Ian Rankin (coproduction avec le Wales Millenium Centre) / Mary Queen of Scots Got Her Head Chopped Off  de Liz Lochhead (Scotland's National Poet) / Educating Agnes de Liz Lochhead d'après Molière / Romeo and Juliet / Macbeth / The Winter's Tale / The Merchant of Venice / The Importance Of Being Earnest / Peter Pan  / The Lion the Witch and the Wardrobe / Copenhagen / Clacson, Trombette e Pernacchi / The Glass Menagerie / Time and the Conways. Aussi The List de Jennifer Tremblay (Stellar Quines) / Leaving Planet Earth (Edinburgh International Festival) / ANA (Imago, Montreal) / plusieurs productions pour le UK productions for National Theatre of Scotland, Almeida, Traverse, Citizens, Dundee Rep, Stellar Quines, Grid Iron, Magnetic North, Janis Claxton Dance, Red Shift, Lung Ha's. TÉLÉ Plusieurs série à la BBC / Sky Arts / Granada PRIX Prix de la critique pour le Theatre in Scotland 2005 / Sony Music Award 2003 MUSIQUE  Membre fondateur du groupe électro-acoustique Finitribe, qui ont lancé 5 EP en plus de présenter des spectacles pendant 15 ans. AU TNM Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (m.e.s. Serge Denoncourt) / Christine, la Reine Garçon de Michel Marc Bouchard (m.e.s. Serge Denoncourt)

Gabriel Coutu Dumont

Conception vidéo / repère biographique à venir

Amélie Bruneau-Longpré

© Julie Artacho
Maquillages / PHOTO Depuis dix ans, elle a crée plusieurs maquillages pour des artistes du théâtre, de la mode, de la chanson et du cinéma pour de nombreuses parutions (Elle Québec, Urbania, Clin d’œil, Dress to kill, Zink, Voir) en plus de diversifier ses activités dans d’autres disciplines. VIDÉO CLIP Marie Mai (Mentir, Emmène-moi) / Radio radio (Galope) / David Usher (Partir ailleurs) COURT MÉTRAGE L’Éclat du jour de Ian Lagarde et Trotteurd’Arnaud Brisebois et Francis Leclerc (lauréat du Jutras 2012, court métrage) SPECTACLE Florence K, Catherine Major, Mistress Barbara, Le bal du musée d’art contemporain de Montréal 2012

Julie Measroch

Accessoires / FORMATION Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx (2005) THÉÂTRE Rouge de John Logan (m.e.s Serge Denoncourt, Théâtre du Rideau Vert), La Monnaie de la pièce de Didier Caron (m.e.s Benoît Brière, TVT), Marie Tudor (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre Denise-Pelletier), Les Chemins Invisibles 2013 (m.e.s Martin Genest, Cirque du Soleil), Le Grenier de Yoji Sakate (scénographiem.e.s Catherine Vidal), La Puce à l'oreille de Georges Feydeau (m.e.s Alain Zouvi, Prod. Benoît Brière), Le Prénom de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière (m.e.s Serge Denoncourt, Productions JPR) / L’Opéra de quat’sous de Brecth/Weil (m.e.s Brigitte Haentgens, Sybillines) / Réveillon de François Chenier et Michel Charrette (m.e.s François Chénier), Après moi, le déluge de Lluïsa Cunillé (m.e.s. Claude Poissant, Théâtre de Quat’sous) / La listede Jennifer Tremblay (m.e.s. Marie-Thérèse Fortin, Théâtre d’Aujourd’hui) ) / Le blues de la métropole de Michèle Grondin et Louisa Déry (m.e.s. Serge Denoncourt, Prod.Evenko) / Soupers, texte et m.e.s. Simon Boudreault (scénographie, Simoniaques Théâtre) / Chroniques, texte et m.e.s.Emmanuel Schwartz, et autres (scénographie, Théâtre Abé Carré Cé Carré) Au TNM Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (m.e.s Serge Denoncourt) / L’École des Femmes (m.e.s. Yves Desgagnés) / Le dieu du carnage (m.e.s Lorraine Pintal)